h1

Vive la diversitude vénitienne !

14 novembre 2008

turban

 

Vendredi 14 Novembre 1608,

 

Chère Lucia,

L’élection de Borackio Obamati, disciple du Grand Turc, a provoqué un véritable engouement (déjà palpable au cours des deux dernières années) pour les masques et costumes orientaux à Venise.

 Je pense que nous devrions nous en réjouir car cela nous permet bien entendu d’enrichir notre catalogue et promeut par conséquent une plus grande diversité dans les rues de Venise, à l’image de sa richesse.

Notre Doge lui-même, toujours friand de nouveautés, a commandé quelques costumes pour parer certains des conseillers du Palais et des administrations locales , et je ne peux que l’en féliciter pour cette fois. J’espère seulement que cet engouement sera durable et ne s’arrêtera pas à l’effet Borackio Obamati.

Je pense que notre guilde devrait tout mettre en oeuvre pour essayer de prolonger cette tendance, que les Pagliaci Di Scena ne manqueront d’ailleurs pas de suivre en lançant des pièces de théâtre orientalisantes, bien que leur degré de réactivité laisse parfois à désirer, surtout en ce moment… sans oublier le fait qu’ils vont le faire mais en râlant, accusant le Doge d’avoir promu cette mode exprès pour perturber la programmation prévue de leurs spectacles.

Peut-être devrions-nous demander à nos futurs représentants à la « Réunion des Villes de Foire européennes«  de promouvoir cette mode en s’habillant aussi à l’orientale ? Quelle meilleure initiative que celle-là, qui nous permettrait aussi d’améliorer nos exportations ?

Je vais d’ailleurs de ce pas proposer à Marinella d’initier le mouvement, mais je doute de sa coopération, la sachant très attachée à notre catalogue de costumes traditionnels.

Vais-je devoir m’y mettre moi-même ? Que faire ? Après tout, le turban me siérait bien !

Mais quid de ma crédibilité ? Et puis j’ai déjà donné de ma personne… !

Et après tout, si le Doge le fait, comment vais-je pouvoir me démarquer dans la perspective de la prochaine élection dogéale ?

D’un autre côté il n’a pas tort, alors ne devrais-je pas suivre le mouvement s’il va dans le bon sens ? Mais si la tendance n’est pas durable ? Ne vais-je pas me ringardiser trop tôt ? Et puis… après tout, qu’en pensez-vous ?

Francesco Braïni, de son bureau du Palazzio di Maschere

Bayrou

Publicités

7 commentaires

  1. J’ai ouï jaser de dame Catharina dal Masio, mais je ne la vis point ici…


  2. Cher Baron,
    comment voulez vous que Dame Catarina dal Masio soit présente en le Palazzo delle Maschere? Point n’est besoin pour elle de changer de costume et de s’éprendre de turqueries. Comme dirait son voisin français venu à Venise chercher le maître d’italien qui manquait pour parfaire son éducation, elle « fait de la prose sans le savoir », c’est à dire qu’ elle est elle-même une nouveauté au milieu de la Guilde.
    à très bientôt à vous lire, reprenez courage et foi.
    F B
    je me permest de ne pas développer plus mon sceau car j’ai peur de découvrir la galerie plombée qui mène du Palais aux oubliettes si je dévoile mon identité (la Roche Tarpéienne est proche du Capitole…c’est à Rome et non à Venise, mais ceci est un indice pour les plus fins d’entre vous, je pense à l’Hérétique qui sait percer à jour les anonymats…)


  3. Cher barone Tochetti, bienvenue à Venise !

    La noble soeur Catharina dal Masio apparaît brièvement dans le billet suivant :

    https://venitiennes.wordpress.com/2008/11/05/une-soiree-si-feerique/

    Mais nous ne manquerons pas de lui rendre prochainement hommage .


  4. Cher Francesco,

    S’il nous est permis d’oser vous adresser la parole, nous simples mortels, qu’il nous soit permis alors de nous dire tout le bien que nous pensons de votre haute pensée.

    Suivre le mouvement s’il va dans le bon sens, voilà une lumineuse idée.

    Oserions-nous suggérer qu’à l’inverse, s’il va dans le mauvais sens, il siérait d’en suivre un autre ?

    Je vous entends déjà feindre vous interroger tout haut : « Certes, mais lequel ? ».

    Mais celui qui vous plaît, cher Francesco, celui qui vous plaît. Tout simplement.

    Au plaisir d’une prochaine rencontre, cher ami.


  5. I migliori spadaccini sono qui ! Torchetti, Giuliardi.Il loro valore è conosciuto fino a Venezia ? Anche la loro bravitudine ? Aspettiamo ancore Don Cristoforo Gienisti et il taglio sarà pieno…


  6. […] Vive la diversitude vénitienne ! : Francesco Braïni à la Comtesse Lucia Di Ridero […]


  7. […] Bon, tout d’abord, il ressemble à Borackio Obamati, le roi du carnaval des Nouvelles colonies ce qui, par les temps qui courent, est un gage de modernité et de diversité. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :