h1

Les Princes de l’infinitésimal…

1 décembre 2008

larmes-machiavel

Lundi 1er décembre 1608,


Mia cara Lucia,

Je suis enfin rentrée à Florence, ravie de mon séjour à Venise. Nous n’avons guère été sages, chère cousine, mais je ne peux que m’en féliciter !

Encore dans l’ambiance des sorties vénitiennes, j’essaie de suivre de loin les rebondissements de vos affaires culturelles, et j’apprends à l’instant que Roberto Huhi se lance lui aussi dans l’aventure de la scission créative !

C’est décidément une épidémie, mais il faut avouer qu’il est plus facile de prendre le large à Venise qu’à Florence !

Ce début de XVII ème siècle voit effectivement émerger nombre de troupes de théâtre, ce qui souligne la grande richesse culturelle de notre belle péninsule, et tout particulièrement celle de la Sérénissime ! A croire que vous grouillez de génies !

Après Olivio Bisiencenisti et sa troupe « Nouveau Pagliaci Di Scena », et Giovanni-Luca Melenchoni et son école « Pirouettes pour Gauchers », voilà maintenant Roberto qui annonce réfléchir à la création d’une nouvelle école d’interprétation théâtrale ! Quelle créativité !

Comment va-t-il l’appeler ? Les paris sont ouverts…

Les Pagliaci Di Scena ont bien du souci à se faire ! Leur jeu théâtral, un brin maniéré et convenu, risque de souffrir de la concurrence de ces tenants d’un jeu épuré voire minimaliste (Cf Melenchoni qui prône l’utilisation expressive de la seule partie gauche du corps).

En tout cas votre Doge Nicolo Da Ponte doit bien s’en frotter les mains, tout affaiblissement des Pagliaci servant bien sa cause.

A moins que le très prometteur Gianno Copi ne s’y mette à son tour, et que votre Doge se trouve aussi mis en difficulté ? Il y pour l’instant peu de risques car sa fonction de responsable des ventes de « l’Union des Marchands de Poignards » cumulée à ses innombrables autres fonctions désintéressées lui laissent trop peu de temps pour exprimer tout son talent artistique, à part celui du jonglage.

jongleur

Ce qui me fait penser qu’il ne vous manque plus qu’une école de cirque à Venise !

J’en profite pour vous renvoyer à l’oeuvre de notre illustre Nicolo Machiavelli, la fierté de notre belle Florence, qui théorisa il y a un siècle de cela dans son ouvrage « Le Cirque de cour pour les nuls », tout l’art du jonglage et de l’équilibrisme, sans parler du domptage de fauves.

le-prince

Dommage que Venise soit trop petite pour pourvoir à la réussite de tous ces talents !

Je suggèrerai ainsi au Doge de mener une politique financière plus généreuse en matière culturelle pour inciter tous ses concurrents à s’adonner librement à leur art, ce qui lui laissera le champs libre pour s’occuper des affaires de la Sérénissime, le bon peuple y trouvant par ailleurs les divertissements susceptibles de le détourner de sa triste condition.

Ainsi, si tous vos acteurs devraient lire notre cher Machiavelli pour adapter leur jeu théâtral à l’art du cirque, votre peuple, quant lui, pourrait en faire autant pour réfléchir aux moyens d’éviter de se transformer en avaleur de sabres et de couleuvres !

Bien à toi et au plaisir de te revoir, cara cousinetta,

Baci, La tua Principessa Mirabella, assise sur le Ponte Vecchio

signature-mirabella

Publicités

2 commentaires

  1. Dernière nouvelle : le député Danielo Garriga quitte l’union des marchands de poignards pour créer sa propre ligue gaulliste, sociale et européenne …


  2. […] Les Princes de l’infinitésimal… : Princesse Mirabella à la Comtesse Lucia Di Ridero […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :