h1

Biodiversitude menacée

5 décembre 2008

 

medium_flamand 

 

Vendredi 5 Décembre 1608,

 

 

 

 

 

 

 

Ma chère Lucia,

 

Je suis à nouveau désespérée ! Ca va devenir une seconde nature chez moi !


Figurez-vous que je suis allée hier me plaindre auprès de Verdicce, la « Confrérie des marchands d’épices, d’herbes médicinales et d’objets ésotériques », car il est de plus en plus difficile de se procurer des ingrédients de qualité à Venise !


J’ai découvert hier des pesticules dans les raisins que j’avais achetés chez eux pour confectionner mon philtre de passion dévorante, une commande spéciale d’un baron de notre connaissance.


Quant au miel de mes baumes pour belles-mères acariâtres, n’en parlons pas ! Impossible d’en trouver du non frelaté ! Il semblerait que les abeilles soient en voie d’extinction à cause des ondes hallucinogènes que Da Mondialus diffuse pour mieux nous affaiblir !

 

Bravo pour les dégâts à prévoir sur l’entente des couples !


Et pour le pain du coucou, la poivre à queue et la patience crêpue… c’est une catastrophe ! Je m’arrache les cheveux !


Je dois m’y reprendre plusieurs fois pour arriver à les incorporer dans mes préparations sans que ces ingrédients ne se mettent à se chamailler ou à pousser des cris affreux.

 

Ils sont tellement traumatisés par les conditions affreuses de promiscuité prévalant dans les entrepôts de Verdicce, où on essaie de tirer un maximum de leurs combinaisons devenues rares, qu’ils ne se supportent plus !


Quand aux larmes de pleurnichardes, une denrée normalement si facile à se procurer, je n’arrive pas à en trouver et dois me rabattre sur celles des crocodiles, et même quand on en trouve, on constate que leurs testicles sont si atrophiés qu’il y a des soucis à se faire pour la reproduction de l’espèce !


Les causes ? Mis à part la perfidie de Da Mondialus, nos savants et érudits incriminent des ruptures dans la chaîne d’approvisionnement naturelle ou quelque chose dans ce genre, mais moi ce que je vois c’est que mes étagères à bocaux sont vides !

 

after-eden

 

 

Bref, entre les espèces en voie de disparition et les catastrophes naturelles que nous prédisent les oiseaux de mauvais augure, il ne me reste plus qu’à fermer boutique et me réfugier dans un monastère pour prier à la préservation de la Création.

 

Melvina Sylva, amie des êtres vivants

Publicités

2 commentaires

  1. Attention que le monastère soit bien protégé de l’acqua alta…


  2. une sorcière au monastère ??? joli !!!



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :