h1

Saint Bernard Pie-Paul, le meilleur ami des hommes

10 décembre 2008

stbernard

Mercredi 10 Décembre 1608,

Mon cher frère,

Je réponds à ta dernière lettre du 3 décembre . J’espère que la situation s’est améliorée à Venise.

Pour te changer un peu les idées, après Bernard le Gouailleur, j’aimerais te relater ma rencontre avec un autre étrange personnage, un saint homme prénommé lui aussi Bernard, rencontré dans l’entourage de la reine Christine de Valois.

Les liens maritaux de cette dernière avec le bon roi Henri IV ont été, comme vous le savez, dissous en 1599, mais elle conserve néanmoins son titre de reine. Elle vit depuis 4 ans dans son hôtel de la rue de Seine, où elle s’est reconstituée une cour joyeuse et lettrée.

C’est lors d’une de mes visites dans son hôtel que j’ai rencontré Saint Bernard Pie-Paul, l’un de ses aumôniers, très fervent croyant, qui prône la charité auprès de cette dame intelligente et libre de moeurs mêlant toujours allègrement piété et galanterie dans sa vie.


kouchner

Membre de l’Ordre religieux “Miraculi Sine Frontiera”, il s’est illustré par le passé par ses actions désintéressées auprès des populations indigènes du pays de Pount (qui souffraient de la famine) et de l’Empire birman (qui mouraient d’épuisement, employées de force dans de  colossaux chantiers de construction).

On dit que dans le premier pays il sauva la population en réussissant le miracle de démultiplier un lourd sac de riz qu’il porta sur ses épaules dans une souffrance extrême ne pouvant être comparée qu’à l’ascension du Golgotha.

Dans le second pays il réalisa le miracle de faire disparaître les chaînes de ces malheureux qui se retrouvèrent libres et purent enfin recevoir une digne récompense pour leur travail.

Cet homme à l’apparence austère jouit néanmoins d’un esprit d’autocritique et d’autodérision comme nul autre pareil.

Très apprécié par le peuple de France, sa réputation d’homme de grande intégrité morale lui permet justement de survivre dans cette cour pleine d’intrigues mondaines, où la quête des plaisirs d’ici-bas le dispute à celle du faste.

Il considèrerait d’ailleurs sa mission auprès de la reine comme une épreuve dictée par Dieu. Car comment ne pas succomber au charme de la reine Christine, qui se donnerait, dit-on, un malin plaisir de tenter ce saint homme ?

Certains courtisans s’amusent d’ailleurs de le voir accompagné partout d’une magnifique beauté nubienne du pays de Pount, Ramina Yadakité, une convertie zélée qui veille au salut de son âme.

ebene

Qualifiant cette beauté de démon tentateur, ils pensent que saint Bernard ne trouverait de plaisir que dans l’épreuve physique et morale permanente, s’infligeant lui-même moults actes de pénitence en public comme en privé.

Il se serait même tranché le petit orteil lors d’une tentation particulièrement éprouvante, la douleur physique le détournant de l’objet de son désir. Cet orteil est depuis devenue une relique exposée en la chapelle de Quédorcy.

Je te conseille vivement de parler de Saint Bernard Pie-Paul à notre bon Doge Da Ponte, qui ne devrait pas manquer de tomber sous le charme trouble du personnage et lui confier une noble fonction à Venise, digne de ses qualités morales.

Angelo Lauresti, de son bureau à Paris

Publicités

5 commentaires

  1. Ca pourrait être pire, ça pourrait être Condoleeza Rice…

    Sinon, vous êtes tagués pour la Chaîne de l’Inculture 🙂 (scusa, scusa): http://www.quindiblog.eu/log/2008/12/quindi-digressions-sur-linculture.html


  2. @ArnaudH

    Nous sommes plus que flattés 🙂 !
    Commentaire laissé sur votre blog, cher ami.


  3. […] de livraison à Da mondialus,  de découverte de la fraternelle accolade, de dîner mondain avec Saint Bernard Pie-Paul , ou de tournée avec les Pagliaci Di Scena au grand complet, ce qui est,  je le reconnais, une […]


  4. […] suis, comme vous le savez, dégoûté de la vanité des grandeurs humaines. En tant qu’aumônier de la reine Christine de Valois, j’ai pu constater les dégâts qu’elle engendre sur l’âme […]


  5. […] Da mondialus, un stage de découverte de la fraternelle accolade, un dîner mondain avec Saint Bernard Pie-Paul , ou une tournée avec les Pagliaci Di Scena au grand complet cette dernière punition étant,  je […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :