h1

Les pirates des temps nouveaux

22 décembre 2008

pirates

__Lundi 22 décembre 1608,

__

__

____

__


Pirates du monde entier, mes frères,

Je tiens à vous féliciter pour vos actes de dépravation et de bravoure commis au cours de cette année 1608 !

Cette année fut effectivement faste en petites rapines, pillages et exactions, soit le champs habituel de notre action.

Malheureusement, alors qu’on nous accuse d’avoir subtilisé la majeure partie des sequins du monde civilisé, cet exploit extraordinaire, sans précédent depuis les fameux actes de pirateries de 1529, n’est malheureusement pas à mettre à notre seul actif et je vous demande par conséquent d’être très vigilants :

Ce méfait gigantesque est apparemment dû à plusieurs facteurs :

  • Melvina Silva :

Cette sorcière vénitienne, a découvert l’étonnant moyen de transformer les sequins en vent.

gold-coins-bullion

Sa pierre de sequinsvent a été subtilisée par la Guilde des prêteurs et banquiers et livrée sous le manteau à tous les membres des guildes apparentées aux quatre coins de la terre, mais sans mode d’emploi.

J’ai même ouï dire que l’infâme Doge Da Ponte, l’impératrice Angelina Merkalis, le roi du Carnaval des nouvelles colonies, Borackio Obamati et d’autres souverains en ont reçu par la suite un exemplaire personnalisé afin de se familiariser avec ses effets dévastateurs.

Lorsqu’on utilise cette pierre magique sur les sequins, se produit instantanément un mirage qui en multiplie le nombre mais les réduit au bout de quelques mois à l’état de souvenir béat.

Je veux cette pierre ! trouvez la moi, il me la faut !

  • Les dirigeants des Royaumes et Républiques :

Malgré les efforts qu’ils ont dépensés pour trouver des sequins en réserve, aider le commerce et leurs sujets, ils continuent à vivre avec faste et à multiplier les dépenses.

money

En plus ils n’arrivent même pas à se mettre d’accord entre eux pour coordonner leurs efforts.

Ils en deviennent petit à petit aussi impopulaires que nous. Quelle pitié !

Ils pratiquent également la piraterie, mais pas notre piraterie traditionnelle, noble et historique.

Non leur piraterie en collerette blanche, abuse, trompe et détrousse les bonnes gens comme les Etats et à des niveaux bien plus étendus que nous ne l’avons jamais fait.

Ils jouent donc sur notre terrain, c’est intolérable !

Tout ceci pour vous dire : attention, l’année 1609 doit être NOTRE année, ne nous laissons pas voler notre territoire du vol, de la terreur et de la désolation par ces bandits de salon !

Pirates de toutes les mers, unissons-nous et agissons encore plus fort pour défendre nos droits !

Le pirate Da Mondialus, sur le pont de son vaisseau amiral

da-mondialus

Publicités

13 commentaires

  1. Dis, beau pirate, tu ne veux pas m’emmener faire un petit tour sur ton joli bateau ??? ça me ferai prendre l’air et des trucs à raconter à ma cousine Lucia !

    Mirabella grippée au fond de son pieux !


  2. Mon bon Fabio ,

    tu connais ma fidèlité aux entreprises corsaires de tradition pour lesquelles il me plaît d’armer l’une ou l’autre frégate dans notre bel Arsenal .
    Las ! voilà que la piraterie organise son brigandage sur tous les continents au moyen d’une machine à voler le temps dont le nom barbare évoque les pratiques de sorcellerie : il s’agit du Gugulu , né de l’imagination délétère des Indiens .

    Marco Polo , ce détrousseur de continents , commet à présent ses rapines sans quitter sa résidence amalfitaine ; un simple clico sur son gugulu lui permet de soulager les détenteurs de trésors de notre bonne vieille terre .

    Je crois , malheureusement que c’est l’avenir du brigandage qui change de cap
    et si nous n’y prenons garde , nous pourrons bientôt aller festoyer à la soupe populaire que distribue Fra Colucci , ce saint homme .

    Je vais en toucher un mot à Gutenberg pour savoir s’il est au courant de ces pratiques occultes et sulfureuses . Un bûcher est à envisager pour tous ces
    sorciers de Onnivo dont je compte faire le siège tout le temps qu’il faudra ,
    Comme tu le sais Onnivo est dans la Vallée du Silicono : une expédition est indispensable , et je fais appel à tous les donateurs dès aujourd’hui , pour constituer ma flotte . J’ai besoin de beaucoup de sequins pour ce périple car
    la route est longue et le Panama n’a pas encore commencé les travaux de son canaletto .

    Maudits Bill Porte et Stefano Lavori qui sont les inventeurs de cette infernale macchina à faire disparaître l’or !!

    Ton dévoué Federico di Gran’Zampano .


  3. Cher Federico,

    Il y a des discussions qui ne sont pas à mettre dans toutes les oreilles.

    Les gardes de Da Ponte et son ignomigneux espion Sébastian El Perfidio sont tapis dans l’ombre et guettent.

    Passez donc me voir à mon bureau au palais des Doges (venitienblog@yahoo.fr)

    Fabio Lauresti


  4. Mirabella

    Hummmm une princesse florentine pour mon dessert !

    Pourquoi pas !

    En ces temps troublés, je ne vais pas faire le difficile…


  5. Mon bon Fabio ,

    j’ai toujours grande gourmandise à lire tes billets qui ravissent mes zygomatiques au petit matin, quand le soleil s’extirpe des brumes de
    Canareggio . J’ai découvert tes ouvrages qui circulent sous le manteau grâce
    aux bienfaits de fora exotiques .
    Nous autres maltais apatrides découvrons, avec peine , les vertus essentielles
    de la discussion par delà les déserts et les océans sur l’instrumentalisazione des consciences !
    L’autre jour j’ai croisé à Anvers le banquier à l’oeil qui tombe , Domenico
    Straccia Cani et son épouse lettrée Anna Santachiara . Cette femme remarquable qui dut, en son temps, abandonner sa chaire d’Iconologie magnétique à Bologna , m’expliquait combien son bienfaiteur de mari est
    préoccupé par l’état des finances de notre vieux continent .
    Il m’a dit que Lorenzo – il magnifico – s’était fait soulager par un aventurier de
    la Communauté de Bruculin’ de quelques pelletées de sequins !!
    Si le Florentin s’est fait embrouiller de la sorte – ce déjà jeune radin paye Sandro à l’arbalète , quand il le paye , ce stronzo – alors ça craint comme dit
    Savonarole !!
    Bon c’est pas tout mon précieux ami et complice des temps mauvais , mais je
    dois rejoindre ma frégate – les alte acque sont favorables – car je pars pour Djerba la douce combattre l’immonde Dragut qui tue comme il respire .
    Je te ramènerai, après la victoire contre le Maure, une amphore de la maassera
    des frères Khaldoun . Leur huile est divine ( ils fournissent Ducazzo c’est dire ).

    Tu me manques déjà .
    Ton dévoué et toujours fidèle Federico . Pace e salute !!


  6. Mon Cher Fédérico,

    Que de nouvelles captivantes me racontes-tu là !

    Il me vient une idée…

    Pourquoi ne pas m’envoyer des billets sur les merveilles que tu rencontres lors de tes palpitantes aventures ?

    Je suis certain, par exemple, que tu pourrais avoir dans l’étude de l’art de gouverner du roi du carnaval des nouvelles colonies, Borackio Obamati, matière à réflexions et à commentaires….

    A ton retour de ton périple en Tunisie Beylicale, arme donc ta frégate et appareille pour le grand océan vers le royaume d’Obamati.

    Tu sais déjà où me trouver (venitienblog@yahoo.fr), je serais friand de recevoir ces billets du nouveau monde…

    Ton ami Fabio Lauresti


  7. Très cher Fabio ,

    tu sais combien je suis attaché à présent à cette correspondance . Je n’emmène avec moi que le strict nécessaire , et j’abandonne mes pigeons voyageurs aux
    bons soins attentifs du medico du Ghetto .

    Je compte faire un peu retraite dans le désert de Tataouine là où chantent le sable et la pierre avant que de livrer combat à l’immonde Dragut . Mes pigeons adorés ne me seront d’aucun secours .

    Je croise en ce moment au large de l’archipel dalmate et je dois être vigilant
    car le barbaresque embusqué et sournois guette ! Je connais bien l’hôte de cette côte dangereuse pour l’avoir pourchassé à maintes reprises : c’est cet
    abruti de Muhammar Lokherbi – le cobra de Cyrénaïque -qui avait pris ses aises une nuit – une seule -en plantant sa demeure bédouine sur le sable du Lido !! L’affront a ombragé le Doge qui plus tard se vengera sur Tarama Rateh la belle abyssinienne ex-amie de Pie Paul . Je m’égare …

    Or donc tu me dis de visiter la cour de ce brave Borockio !! Ecco, je vais m’en acquitter . En passant je pourrai saluer ce bon vieux Vasco et lui soutirer les quelques cartes lusitaniennes qui me font défaut pour cette entreprise .

    Veux-tu que je te ramène des Indes une de ces beautés sauvageonnes qui font ravages et infortunes dans les couples établis ? Lâchée dans la nuit vénitienne elle pourrait nous être utile de l’oreiller ?

    Allez , la nuit tombe et la vigie n’est pas rassurée . j’ai envie d’en découdre ; mes quarante canons sont prêts à tailler une bavette avec les cimeterres de
    l’autre sournois aux bésicles fumés .

    Je te raconterai à mon retour prévu au tout début de Janvier de l’an 1609 ou
    1509 je ne sais plus avec ces siécles qui n’ont plus que des dates insolentes :
    14 Juillet , 11 Novembre , 1er Mai , 11 Septembre je ne m’y retrouve plus quand je cherche le siècle !!

    A très bientôt cher Fabio ; il m’en coûte de te laisser . Dieu merci le Doge est
    chez l’Inca , mais il parait qu’il n’y est pas retenu par la tribu cannibale des
    Pharques et qu’on va nous le rendre ; Sans rançon .
    J’aurais bien vu Marcos Yannis le Crétois aller le délivrer .Il vient justement de
    régler sa note à l’hostellerie des Plombs et Puits qui l’a reçu comme il se doit .

    Cà y est ! Le bédouin pointe son turban , décidément il cherche les embrouilles . Je vais lui faire le coup de la botte Pie Paul . Mes Calabrais vont
    le manger à Bari ( Ach Bari , les Volies Bergères , les Lisiers , l’Arghhh de Driomphe , la Dour Evel , le Phélibbe , Bigasso , Rainoir , Jambière Bernau , et
    Zédèra )

    Au plaisir de te serrer dans mes bras à mon retour 8

    Ton fidèle et dévoué Federico .
    Duc de Gran’Zampano . Prince de Tripolitaine . Ambassadeur à Samarcande .
    Et Amiral de la flotte à un navire , des Zombis de Canareggio .

    Pour te servir .


  8. […] avec les Nuovi Carnavalieri , de lapidation à coups de chaussures, de livraison à Da mondialus,  de découverte de la fraternelle accolade, de dîner mondain avec Saint Bernard Pie-Paul , ou […]


  9. une autre, une autre !!!!


  10. Mon cher Fabio ,

    Quel bonheur de pouvoir t’écrire ce billet et te donner ainsi de mes nouvelles !
    Figures-toi que dans le caravansérail où je suis descendu afin d’y établir mes quartiers , j’ai pu mettre la main sur une machine de Gugulu en bon état .

    Omar , mon fidèle espion local , m’a rapporté à l’instant que Solene la Reine fut ,il n’y a pas si longtemps, l’hôte de cette mauresque hostellerie !!
    Peut-être ai-je même dormi dans le satin des draps qui ont abrité ses langueurs djerbiennes ..

    Après avoir repoussé le répugnant Dragut et sa troupe par delà les monts de Matmata , j’ai fait retraite dans le désert comme l’ermite . J’avais été mis en garde par Omar du froid qui y régnait la nuit ; j’ai été comblé , la caillanta était
    au rendez-vous , et les scorpions ailleurs . Je t’épargnerai le couplet sur la-
    voûte-étoilée , le- thé-du-petit-matin , la-tente-du-bédouin , et tout le
    barnum narratif qui fait le bonheur des mondanités à deux sequins ..

    Tu me diras , c’est toujours mieux que de dormir sous le periferico ou à
    Senzagatto , en attendant des jours meilleurs ?

    Des voyageurs épouvantés en provenance de Judée m’ont raconté que des
    tribus locales s’étripaient entre cousins et que le sang d’innocents coulait à
    gros bouillons . Tous à la masse , assurément ?… Que font Sa Dogéité et Bernardino ? Qu’attendent t-ils pour sauver le monde de cette récurrente calamité levantine , la planète attend, porcamiseria !!

    Demain j’appareille pour la Lusitanie où je dois soulager Vasco de quelques
    cartes marines pour enfin rejoindre mon ami Borackio le Métis des Indes .

    J’espère ne pas croiser la route de cette harde envoilurée de solitaires sur leurs velocissime nave , ils ne respectent pas les priorités , sinon celles de
    faire réclame pour leurs généreux mécènes ; ce qui aura le don de ménager encore un peu de mostra aux gazettes du vinti-ora en déjouant ainsi le récent décret dogéal !!

    Donnes-moi mon cher Fabio de tes nouvelles ; je fais escale à Ouharan chez
    mon obligé le Bey Raï Zina dont l’indolence légendaire coule comme fleuve en
    Oural.

    Ton dévoué et fidèle Federico .

    P.S. tu as le bonjour de ma femme Giulietta , cette sainte .


  11. […] un diagnostic sans concession sur la disparition des sequins et sur la violence engendrées par les attaques de Da Mondialus, qui sont « aussi la conséquence de la cupidité et de l’irresponsabilité des gouvernants […]


  12. […] ainsi que naquit le personnage légendaire du pirate Da Mondialus, ennemi juré de la Sérénissime et du vieux […]


  13. […] de lapidation à coups de chaussures, une sortie en mer avec l’équipage du redoutable  Da mondialus, un stage de découverte de la fraternelle accolade, un dîner mondain avec Saint Bernard Pie-Paul , […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :