h1

Davos : Les portes du pénitent scié

2 février 2009

pe __

__Lundi 2 Février 1609,

__

__

__

Mon cher Lucas,

Je vous écris de Davos, où je me suis rendu à mon retour des Nouvelles Colonies.

Il s’agit d’un petit village haut perché dans les montagnes enneigées de la Suisse, où se réunissent chaque année les Pénitents les plus motivés du monde, car s’y rendre est naturellement une ascension du Mont du Calvaire.

Je m’y suis rendu officieusement à la demande de Borackio Obamati, qui contrairement à son prédécesseur, n’apprécie pas trop le mélange des genres entre carnaval et religion et ne souhaitait par conséquent pas s’y afficher.

Ce qui a déçu beaucoup de Pénitents notoires, désireux de le convertir à leur cause, surtout depuis que les Bons Vivants du Rire Confraternel leur font concurrence aux Amériques.

Inutile de vous rappeler ce qu’est un Pénitent, vous vous imaginez bien ces êtres étranges habillés de leur sac, cagoule et cordon, s’humiliant volontairement en public, se flagellant parfois, en chantant des cantiques. Il y en à même qui se mutilent à la scie, devant les portes de la cité…

Bien que supposés se rendre anonymes avec ces attributs austères, nombre d’entre-eux ont été trahis par leur propos comme étant des banquiers et commerçants notoires, d’ordinaire plutôt arrogants.

quentin_massys

Intrigué par le fait qu’ils étaient les plus durs avec eux-mêmes, je leur ai demandé pourquoi ils se lançaient de toutes leurs forces dans cette épreuve cette année :

– «je veux expier à fond pour alléger ma conscience. J’ai détroussé nombre de malheureux et j’ai promis de m’en remettre rapidement dès mon retour pour rebondir ».

– « c’est un message d’humilité pour regagner la confiance dans un mécanisme parfaitement bien huilé qui a évité de justesse le blocage complet à cause de la disparition des sequins»,

– «j’ai envie de ressentir dans ma chair ce que veut dire solidarité entre commerçants, dans une attitude plus humble, face aux meurtrissures infligée à nos bourses par les attaques de Da Mondialus»

– « je veux demander l’asile ici car les portes du Paradis des sequins sont désormais fermées à nous autres »

lagarde

Notre bon Doge Da Ponte avait même envoyé une délégation menée par l’inénarrable Cristina Di Garda, qui en bonne professionnelle de la vente, n’a pas manqué de tenter de consoler ces âmes en peine en martelant que des mesures devront être prises contre la disparition des sequins et les attaques de Da Mondialus. Ces mesures devront (d’une traite) être «vendables en termes politiques», «techniquement solides» et «applicables».

Curieusement, cela les fit redoubler d’ardeur dans leurs lamentations et autoflagellations.

Cependant, comme ces derniers se sont régulièrement trompés par le passé, peignant avec acharnement l’avenir en rose, il reste l’espoir que l’avenir leur donnera à nouveau tort, et qu’il sera cette fois-ci moins noir qu’ils ne l’imaginent.

Les participants à cette pénitence collective ont d’ailleurs reconnu pour la première fois qu’ils ne savaient pas grand-chose à la base, ce qui est probablement un premier pas… vers la rédemption.

Comte Marco Di Ridero, essayant d’éviter les coups de martinet perdus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :