h1

Les nouveaux habits de Marinella

7 septembre 2009

Comedia

Lettre à la princesse Mirabella

Mercredi 26 août 1609,

Chère cousine,

Je reviens à Venise après mon long séjour chez vous à Florence et je découvre qu’après sa  liaison passionnée de l’année dernière avec l’acteur Bertolomio Delonaionne de la troupe “Pagliacci di Scena”, Marinella di Sarnofio aurait, finalement jeté son dévolu sur la troupe entière !

Je vous rassure, pas charnellement ! Mais il s’avère que la troupe était en court de financements et qu’elle a dû se contraindre à se faire prêter à titre gracieux des costumes de scène auprès de Marinella pour remplacer ses oripeaux.

rose-orange

Quelle surprise ! Je suis moins étonnée de l’attitude désintéressée de Marinella, pourtant d’ordinaire toujours prête à remplir les caisses de notre confrérie, que du changement d’attitude des Pagliaci, d »habitude si véhéments envers notre guilde ! Ils préféraient jusqu’à présent s’approvisionner auprès des Verdicce, la Confrérie des marchands d’épices, d’herbes médicinales et d’objets ésotériques, qui leur tissaient de jolis costumes pour arrondir leurs fins de mois difficiles, mais ces derniers ont vu récemment leurs ventes  de gris-gris croître de manière surprenante et ne veulent désormais plus honorer leurs engagements.

Il faut avouer que le commerce de gris-gris rapporte beaucoup depuis que les attaques de Da Mondialus se sont intensifiées, ce dernier n’hésitant désormais plus à empoisonner bêtes et points d’eau pour terroriser la population

Je présume que les motivations de Marinella résident dans sa volonté d’accroître la notoriété de notre Guilde, car elle n’a pas hésité à faire connaître ce beau geste à la population de Venise, mettant en avant le scandale que représenterait l’indigence d’une si illustre troupe dévouée à son divertissement, en comparaison avec l’opulence des jeux et festivités organisés au palais dogéal.

Certaines mauvais langues n’hésitent d’ailleurs pas à dire que Francesco Braïni s’étant amouraché de Gigi l’Amorosa, une petite comédienne de la troupe aux moeurs légères, il aurait chargé Marinella de lui offrir, aux frais de la guilde, un joli costume de Colombine coupé dans le meilleur tissu, et qu’il ne s’interdirait pas d’assister personnellement aux prochaines répétitions de la troupe pour être plus proche de sa dulcinée.

columbina

Ce qui  me fait penser que « faire la charité c’est bien. la faire faire par les autres, c’est mieux. On oblige ainsi son prochain sans se gêner soi-même ».

Comtesse Lucia di Ridero, sur le pont des surprises

lucia

Publicités

2 commentaires

  1. ah 🙂 les chroniques vénitiennes sont de retour 🙂 ça manquait…


  2. pfff !!!! la rentrée commence fort … va falloir que je me remette au boulot, moi !!! tu parles d’une vie de princesse 🙂 !
    Merci de ta lettre, Chère Cousine, il a falloir impérativement que je vienne te faire une petite visite !



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :