h1

Sire Braïni de vert de rage

10 juin 2010

Librement inspiré d’une pièce de théâtre qui sera écrite 287 ans plus tard par un auteur de génie

Venise, jeudi 10 juin 1610,

Cher Marinella,

Il me vient un souvenir daté du lendemain des élections des provinces vénitiennes.

Me promenant comme à mon habitude, tôt le matin dans les rues de Venise, je croise un jeune vénitien qui m’aborde d’un air équivoque, il me toise, me dévisage puis me lance :

« Eh Braini, tu es le chef de Mascarade, Ombre, Déguisements et Mystères , ta guilde est morte, les vénitiens n’en veulent pas , tu ne seras jamais doge de Venise mon pote ! »

« Et pourquoi cela ? » lui répondit-je humblement

« Parce que tu es nul comme chef de guilde ! »

Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme !

On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme...

En variant le ton, par exemple, tenez :

Agressif :

« moi, monsieur, si je faisais de tels scores aux élections je me voilerais la face ! »

Amical :

« mais voulez vous que j’implore les vénitiens de voter pour vous malgré tout ? »


Descriptif :

« votre défaite  c’est un désastre ! … c’est une piquette… c’est une raclée ! Que dis-je, c’est une raclée ? … c’est une catastrophe ! »


Curieux :

« vous remettrez-vous d’une telle humiliation ? »


Gracieux :

« aimez-vous à ce point le doge et les Paggliaci di Scena pour leur laisser gagner avec autant d’avance ? »


Truculent :

« ça, monsieur, lorsque vous êtes ainsi humilié,

votre guilde ne brûle pas assez

Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ? »


Prévenant :

« gardez votre guilde entraînée

Par ce gadin, de tomber en avant sur le sol ! »


Tendre :

« faites à votre guilde prendre une cure de jouvence

De peur ces fabricants par votre score ne renonce ! »


Pédant :

« l’animal seul, monsieur, aussi têtu que vous après tant d’autisme ne peut-être qu’une mule ! »


Cavalier :

« quoi, l’ami,  l’écologie est à la mode ?

Pour vous faire manger votre chapeau c’est vraiment très commode ! »


Emphatique :

« aucun vent ne pouvait de l’avis général,

vous faire perdre toutes ces voix, excepté le mistral ! »


Dramatique :

« Je suis sûr que votre cœur orange saigne ! »


Admiratif :

« pour le doge, avoir un tel concurrent quelle aubaine ! »


Lyrique :

« est-ce une blague, êtes-vous un confiant ? »


Naïf :

« cette guilde, quand la transforme-t-on ? »


Respectueux :

« souffrez, monsieur, qu’on vous salue,

C’est là ce qui s’appelle être complètement battu ! »


Campagnard :

« hé, ardé ! C’est-y une défaite ? Nanain !

C’est queuqu’fiasco géant ou ben queuqu’gros gadin ! »


Militaire :

« visez donc les 5 % ! »


Pratique :

« Pariez qu’un jour vous reveniez en haut ?

Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »


Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :

« Le voilà donc ce chef de guilde qui de ses fabricants

A détruit les espoirs ! Il en pâtit, maintenant ! »

—Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit

Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :


Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,

Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres

Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !

Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut

Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,

Me servir toutes ces folles plaisanteries,

Que vous n’en eussiez pas articulé le quart

De la moitié du commencement d’une, car

Je me les sers moi-même, avec assez de verve,

Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve


Tu as vu combien je parle bien quand je suis agacé ?


Francesco Braïni , aide mon rosse temps

Advertisements

4 commentaires

  1. IL y en a de belles, bravo (une mention pour « Campagnard »). Mais pourquoi tant d’efforts, en un billet unis, du mètre et de la rime se sont-ils départis ?


  2. prospectif:

    « Eussiez-vous créé une terre démocrate,
    vos sujets auraient choisi le bon cap. »

    Bravo les Vénitiens, les pilotis tiennent.


  3. ça fait plaisir de retrouver ces chroniques.

    Merci

    PS : On dirait qu’il n’a plus de courtisans Braïni, que se passe t’il ? Vivement que cette guilde retrouve son animation, sa vie et ses intrigues. Sinon ça ne sert à rien de rester, on s’ennuie.


  4. @ Guillaume
    Il y a toujours JF le démocrate(?) !



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :