Archive for the ‘A gauche toute !’ Category

h1

L’illusion du veau d’or

17 février 2009

nicolaspoussin-adoration-of-the-golden-calf

__

__Mardi 17 Février 1609,

__

__

__


Chèeeere Lucia,

Vous me connaissssez, je suis l’amie des puisssssants, la servante des princes et la femmme de cour dans toute ssssa ssssplenddddeur.

Je ne puis m’emmppêcher de vous rrrelater ce qui s’est passé lors du bal fassstueux donné par notre cher Doge Da Ponte (loué soit-il) en l’honneur de sa chhhharmante épouse pour la San Vallllentino.

Nous y avons fait une entrrrée remarquée par les arrières-cuisines grâce à la ccccousine de Thomassone . C’est l’arrière-grande-nièce d’Alano Krevino, un membre de la trrroupe des « Nouveaux pagliaci Anti-sequins« , qui m’a-t-on dit est né sur le canal historique (mais lequel ? Je n’ai pas bien saisi) !

Quel faaaaste ma chère amie !! Quelle claasse inégalée !!


fete

La soirée fut d’abord marrrquée par la rrrreprésentation fort originale de la prrrremière rencontre entre notrrre Doge (loué soit-il) et Carlita, retranscripte orrrriginalement devant un étalage de poissssons, par les « Nouveaux Pagliaci Anti-sequins » avec au menu « galippppettes point levées » (d’après ce que j’ai entendu) et « vocifffférations anti-exploits factices » (C’est des « nuevi proloconcepti » de la « NPA lingua » m’a-t-on dit). Puis nous avons fûmes gâtés par les talllents d’un illusionnnnnnniste exxxxquis : Giacomo Seguelano !!!

Cet homme est m’a-t-on dit, un allchimisateur très doué, chère Lucia !!! Il a la parrticularité de trrrransformer le tout commun en orrrr !!!

illusion

J’ai failli défailllanir quand il s’est apprrroché de moi, et a extrrait de mon ample corsage une trrrranche de salami dogéal qu’il a trrrransformée sous mes yeux en une mmmédaille d’or à l’effiginie de notre Doge (loué soit-il) ! Je l’ai ausssitôt mmmordue bien entendu et… elle était vraie !!

Il a par la suite littérrrralement stupéfixxxé l’assistance quand il a trrrransformé d’un seul coup les mmmasques en cuir les plus communs des convvvvives en un défilé de masques d’or plus ggggais les uns que les autres ! Le plus inouïii est que leurs masques d’or une fois enlevés, les convivvvves gardaient ce sourrrrire inddddédébile sur leurs visages !

seguela

Le sommuuum fut atteint lorsque Giacomo Seguelano éblouit l’asssisstanance en offrant à notre couple Dogéal un plat magnnnnifique avec un veau enttttier, pomme à la bouche, qu’il trrrransforma sous nos yeux en statue dorée. Nous nous jettttâmes dessus pour vérrrrifier qu’il s’agissait bien d’or pur et… ne fûmes pas déçus !!!

Cela suscita l’intervention dépllllacée d’un grrrrrotesque personnage appelé Pietro Di Sprogi qui tînt ces propos hostiles qui lui vallllurent d’être jeté dehors : « Giacomo Seguelano est-il un veau ? De deux choses l’une : ou bien Giacomo Seguelano est un veau, et ça m’étonnerait quand même un peu ; ou bien Giacomo Seguelano n’est pas un veau, et ça m’étonnerait quand même beaucoup ! »

Le plus fabulllleux est que depuis j’ai garrdé un sourire rrrradieux, des étoiles dorrrrréees dans les yeux et de la pousssssière d’or sur les dents.

Norina Cortegiano, qui a tout vu de ses yeux vus. « Mais si je te dis que j’ai tout vu ! »

h1

Orages sur la République

13 février 2009

orage-venise Vendredi 13 Février 1609,

__

__

__


Chère Lucia,

Je m’inquiète beaucoup de la tension sourde qui prévaut à Venise et qui annonce de lourds orages.

Les récents troubles à l’ordre public occasionnés par les effets des drames engendrés par la disparition des sequins et les attaques de Da Mondialus, semblent enfin commencer à inquiéter notre Doge et sa cour.

Mais je ne pense malheureusement pas que cela dépasse l’idée d’une relance… de son jeu de la chaise musicale percée pour se divertir et restimuler ses conseillers !

Hier encore, face à un attroupement de gens devant les grilles du Palais, venus protester contre l’enchérissement des denrées, et surtout du pain, la femme du Doge, d’ordinaire si prompte à se montrer proche du peuple et de ses souffrances (ce qui expliquerait qu’elle parle toujours à l’oreille gauche du Doge) s’est spontanément écriée « «S’ils ne peuvent s’acheter du pain, qu’ils s’achètent de la brioche !»« 

Quant au Doge, comme d’habitude, il balaie tous les embryons de critique sur une dérive princière de son pouvoir par son sempiternel «C’est légal parce que je le veux» !

Inutile de vous dire que les préoccupations de la cour se limitent actuellement aux spéculations sur le brillant avenir du jeune fils du Doge, Giovanni Da Ponte.

Il se murmure effectivement que le Doge préparerait ce dernier à sa succession, ce qui irrite plus d’un conseiller du Doge, peu regardants sur les dérives du pouvoir tant qu’ils espèrent en profiter et se poser en successeurs le moment venu.

A ce sujet, saviez-vous d’ailleurs que Francesco Orlanducci, le vieux chef de troupe des Pagliaci Di Scena s’est déclaré candidat à la candidature dogéale de 1612 ?

hollande

Nous risquons fort de nous amuser avec tous ces candidats à la succession de notre bon Doge !

La cour est d’ailleurs actuellement en ébullition car à l’occasion de la San Valentino, le Doge prépare une fête magnifique en l’honneur de son épouse.

saint-valentin

Il aurait même passé commande samedi dernier à la troupe « Nouveaux Pagliaci Anti-sequins » d’Olivio Bisiencenisti d’une pièce immortalisant sa rencontre mémorable avec Carlita Brunesca.

Les Pagliaci Di Scena se sont d’ailleurs dits offusqués de cette préférence pour leurs concurrents, qu’ils trouvent contraire à la tradition républicaine de Venise, dénonçant une fois de plus les dérives princières du Doge.

Quant à Olivio Bisiencenisti, il prétend que pour lui l’argent n’a pas d’odeur et qu’il en a drôlement besoin en ce moment pour financer le lancement de sa troupe, son objectif premier étant de supplanter les Pagliaci Di Scena dans le paysage vénitien et ensuite… advienne que pourra !

Le doge a donc un nouvel ennemi préféré…

Fabio Lauresti, de son alcôve au palais du Doge

h1

Bouh que cela m’agace !

5 février 2009

parisot__Jeudi 05 Février 1609,

__

__

__

__

__

__


Mon p’tit Nicolo,

Je te sollicite car rien ne va plus dans notre cité lacustre. Venise change…en mal !

En tant que Vicomtesse du plus haut rang qui soit et responsable

du M ouvement E thique D es E légants F abricants, l’agacement me guette.

Figure-toi qu’il est de plus en plus difficile de trouver de bons artisans, ouvriers et vendeurs pour faire tourner les fabriques, ateliers et boutiques ! Bouh que cela m’agace !

Depuis les attaques répétées du terrible pirate Da Mondialus ils ont perdu toute envie de travailler, ces fainéants-là !

Pire ! Ces besogneux désertent pour aller écouter les harangues publiques d’Olivio Bisiencenisti et les pièces de sa troupe de « Nouveaux Pagliaci Anti-sequins » !

Ils se sont d’ailleurs mis à s’entraîner à l’art de la joute oratoire et à la déclamation de revendications !

Non seulement ils se laissent aller à la distraction et à la critique, mais en plus ils se permettent de nous dénoncer, nous autres, les marchands et les fabricants comme des complices de Da Mondialus. Un comble !

Eh oui, je soupçonne ce petit démon de Bisiencenisti et sa vielle maman Arletta d’être à l’origine des bruits qui courent comme quoi Da Mondialus n’est qu’une marionnette, une invention pour justifier que nous payons nos gens aussi peu, et créons une situation de demande de travail telle qu’elle nous permet de les maintenir en situation d’esclavage (oui, t’as bien lu, d’ESCLAVAGE) et ne pas partager les gains faramineux réalisés à l’étranger !

Bouh que cela m’agace !


besanlagui

C’est une bien belle image que celle que donnent nos rues commerçantes aux visiteurs étrangers, pourtant venus admirer nos arts florissants : partout de l’agitation, des magasins fermés, des rues jonchées de papiers, du linge ou des murs badigeonnés de peinture rouge et noire avec des messages inadmissibles : « Mort aux Fabricants ! », « Travail = enfer et damnation », « Notre sueur vaut mieux que leur graisse ! », « Prenons aux riches et tout le monde sera moins pauvre », « Da Ponte, vendus aux commerçants » et je t’en passe… cela nous coûte cher et ruine notre réputation !

Je m’inquiète de cette tendance croissante de désigner certains de nos membres à la vindicte publique.

Le risque est qu’ils ne finissent par fuir Venise. Ils ont peut-être exagéré en termes de cupidité (je dis bien PEUT-ETRE), mais ce sont aussi les seuls à pouvoir trouver des solutions contre la disparition des sequins.

En tout cas ils ont lancé une cotisation à Venise pour pouvoir offrir une récompense à qui les retrouvera.. c’est pas un signe de bonne volonté, ça ?

Mon p’tit Nicolo, il est temps de mettre de l’ordre dans tout ça  !

Ne pourrais-tu pas leur faire miroiter quelque chose, du genre spectacles publics gratuits (les Pagliaci Di Scena seront ravis de t’aider vu leur ressentiment envers Bisiencenisti) à la gloire du labeur, avec communion collective autour d’une distribution de sirop de grenadine le dimanche après le travail ?

Pour ma part, je ne peux pas trop me montrer ces derniers temps car j’ai quelques ennuis avec mon image : figurez-vous que Rosina, ma conseillère spéciale s’est trompée dans le dosage de ma teinture pour cheveux. Résultat : j’ai les cheveux tout rouges !

Bouh que cela m’agace !

Vicomtesse Laura Parisiana, révoltée

parisot

h1

Une épidémie d’hémiplégie frappe Venise !

15 novembre 2008

crapaud

Samedi 15 Novembre 1608,

Chère Lucia,

Je vous ai fait part l’autre jour de l’incident arrivé à Giovanni-Lucas Melenchoni suite à la manipulation de mon philtre à lier les langues.

Il s’avère que le même accident est arrivé à d’autres de mes philtres faits à base de bave de crapaud et que je ne sais plus comment faire pour stabiliser ce composant instable.

C’est ainsi que Christiano Vannesti, membre de la guilde des « Marchands de Poignards » a été lui aussi pris d’une irrépressible envie de proférer des paroles choquantes après que je lui ai administré mon philtre anti-aigreurs (un mal chronique dont il souffre) à base de bave de crapaud.

Il aurait ainsi osé dire en pleine assemblée de la guilde des « Marchands de Poignards » que les gauchers seraient inférieurs aux droitiers, que ce serait dangereux pour l’humanité si on les laissait se développer, qu’il faut par conséquent continuer à contrarier leur nature !

Le plus étrange, c’est que ces propos n’ont pas choqué grand monde alors que l’assemblée était composée aussi de gauchers et crypto-droitiers (quant aux ambidextres, n’en parlons pas !)… accepteraient-ils facilement d’être ainsi contrariés ?

Pour ce qui concerne Giovanni-Lucas Melenchoni , il me semble bien que les effets de la bave de crapaud soient durables puisqu’il tente désespérement d’intégrer une partie de la troupe des « Nouveaux Pagliaci Anti-sequins » d’Olivio Bisiencenisti ainsi que d’autres artistes de Venise dans une nouvelle école de mimes et acrobaties qu’il vient de créer : « Pirouettes pour Gauchers« .

Mon hypothèse est que la bave de crapaud agirait selon les personnes sur l’hémisphère droit ou gauche de leur cerveau, entraînant une antipathie pour l’autre hémisphère et tout ce qui s’y rattache. C’est inquiétant, car comme disait Raimondo Aroni, « qu’on soit de droite ou de gauche on est toujours hémiplégique » !

cerveau

Je dois absolument trouver un remède à cela, au sinon je crains d’être involontairement responsable d’émeutes du type « droite contre gauche » à Venise… et de me retrouver brûlée vive sur la place Saint-Marc !

Melina Sylva, de son laboratoire de philtres et potions magiques