Archive for the ‘Dans le porte-billets du Doge’ Category

h1

Doge de Venise, un metier difficile !

17 octobre 2009

portebillet  Dans le porte-billets du Doge, du 5 au 9 Octobre 1609

 Lundi 5 Octobre 1609,

 Divin Doge,

 Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des douloureuses divinations qui me hantent a votre propos :

 Centurie LIII

 Roi carnavalier injustement préféré au maître des eaux oublié

Se verra honoré par aréopage des sages mondiaux

Grand chantre de la paix il sera désigné

Maitre des eaux marri se retrouvera bientôt

 Centurie LXV

 Ministre cultivé cultivera problèmes

Indigènes lointains remonterons du passé

Citoyens indignés lui jetteront l’anathème

Piteusement défendra son honneur bafoué

 Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

 Alain Minc

 

 Mardi 6 Octobre 1609,

 Fooooooooooormidable Doge,

 Pouvez-vous m’aider à raisonner Francesco Braïni, vous qui le connaissez malgré tout si bien ?

 A la fabrique de Masques, Ombres, Déguisements Et Mystères, nous nous demandons ce qu’il veut vraiment : alors que nous n’avons pas encore pu refourguer la collection de masques bleus de 1606 que l’Union des Marchand de Poignards nous avais commandés, il m’avait ordonné  en juillet d’accepter une commande de masques rose-orangés de la part des Pagliacci di Scena.

Alors je fais travailler mes fabricants à plein régime, comme d’hab’ je dégomme les récalcitrants, je vitrifie les hésitants, et je musèle les indécis…  et que m’annonce-t-il ce matin ?

 « Marin’ (il m’appelle Marin’ en privé) laisse choir les masques roses, les masques verdâtres rapportent plus, on change la collection !».

 Comment vais-je annoncer aux Pagliacci, qui m’ont promis monts et merveilles, que nous allons ainsi aller au plus offrant ? Je me sens parfois si faible…

 Marinella Di Sarnofio, bleue, orange, rose, verte

sarnez

 

 Mercredi 12 octobre1609,

 Doge, mon paute

 Y en a mare, marre, marrrre !

 Fou donk en taule Fabio Lauresti et Lucia Di Rrridérrrro.

 Il ecrive dé bilé ilyzibleux qui marrache les zyeu

 Si ca kontinus ze vé me fachais tou rrrrrouje !

 Si tu fé pa sa ze shante sous ta fenaîtreu, crrrroââ !

 Bambino Crapino de la laguna marecagiosa

 crapaud

 

Jeudi 13 Octobre 1609,

 Bonsooooooooooooir Ô toi doge lumineux qu’on voit briller au firmament des princes, prince d’une cité millénaire et magnificence suprême de la lagune !

 Je sais, j’aurais dû mieux vous prévenir que j’adoooore les jeunes étrangers à Venise.

Les voir batifoler dans la lumière du matin me mets dans un état d’exci euh d’exégèse proche de l’orgas euh l’organique joie interne.

 Pouvoir les palp euh leur parler est un ravissement. Jeunes, Vieux, Jeunes, Jeunes, Jeunes vous le voyez je les aime tous !

 Vous trouverez en moi toujours le plus perv euh permanent soutien de votre dogiété fabuleuse, alors ne me répudiez pas pour mon amour des belles et jeunes choses.

 Je ne veux pas mourir à Venise !

 Fédérico Mitterano, satyr… euh satisfait

Frédéric-Mitterand

 

 Vendredi 9 octobre1609,

 Papounet,

 J’hésite vraiment… plus trop beaucoup encore.

 Quand tu m’as proposé le poste de conseiller au Parlement des Eaux de Venise, j’ai été fou de joi-eu !

Quand tu m’as proposé le poste de chef du groupe de l’Union des Marchands de Poignards au parlement des eaux de Venise, j’ai été ravi-eu !

Mais là, président de la chambre de commerce de la Sérénissime, à 23 ans, j’hésite vraiment-euh…

 Franchement tu m’avais habitué à mieux pour moi, ton fiston adoré-eu !

Oser me nommer par le « fait du Doge » à un poste honorable certes mais non rémunéré en sequins sonnants et trébuchants, tu te moquerais pas de moi par hasard-eu ?

 A quoi bon être le prince Giovanni pour être traité comme un manant ? Vraiment papounet si tu ne fais pas quelquechose, il est très possible que je me mette à trépigner et à retourner à mes chères études ! Tu auras été prévenu-eu…

 Prince Giovanni Da Ponte

jean sarkozy

 

h1

Le bal des enquiquineurs

20 avril 2009

portebillet

 

__Dans le porte-billets du Doge, du 13 au 17 Avril 1609

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 13 Avril 1609,

 

Divin Doge,

 

Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des douloureuses divinations qui me hantent a votre propos :

 

Centurie XXXII

Par-delà les frontières, libellés étrangers frapperont Maître des Eaux.

Impératrice raillée, Madrilène moqué et Roi des colonies jalousé monteront au créneau.

Sérénissime prince condamné d’arrogance,

Augmentera encore des monarques la défiance.

 

Centurie XXXVII

Ministres de la Cité des Eaux perdront toute mesure,

Privilèges supplémentaires en privé ils s’assurent.

Maître des Eaux fâché, vertement les tancera.

Chaque ministre la queue basse et geignant partira.

 

Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

Alain Minc

 

 

 

 

 

 

__

__

Mardi 14 Avril 1609,

 

 

Mooossssieur Da Ponte,

 

Vous ME  connaissez, dès que JE peux ME montrer et ME faire mousser grâce à des causes difficiles, JE suis partante.

 

En toute SO LI DA RI TE, JE suis partie hier en mission dans les faubourgs de Venise afin de rattraper vos bêtises et votre violencitude verbale.

 

Là dans ces endroits lugubres et miséreux, J’ai pu rencontrer les esclaves maures que vous abandonnez à leur sort comme des animaux.

 

JE ME suis excusée au nom du Doge et de la Sérénissime Venise, J’ai dû me sacrifier et leur promettre la mort dans l’âme de ME dévouer en ME présentant en 1612 afin que jamais un doge ne les insulte de nouveau.

 

J’espère que MON sens du sacrifice ne vous aura pas échappé et que vous ME céderez votre place sans trop de difficultés le jour venu.

 

 Solène LaReine, en face du palais du Doge, en repérage…

segolene

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Mercredi  15 Avril 1609,

 

Nic, mon grand fou

 

Alors moi c’qu’j’voudrais c’est arrêter de m’coltiner les familles bourges de la lagune et avoir un poste plus cool dans ton équipe, t’vois’c’que’j’veux dire ?

 

Alors les écoles ça m’irait bien, ou alors ou alors les pequ’nots, ça c’est bien les pequ’nots non ?

Si c’pas’possible , je me verrais bien chez les juges, ah oui c’est bat les juges !

 

A moins que tu me réserves les gardes dogéaux ….. hum hum hum une visite d’inspection chez les gardes dogéaux j’en frémis d’avance !!!!

 

Alors Nic’ réponds moi vite , j’brûle d’savoir à quelle sauce tu vasm’ manger et ne fait pas ton timide hein, tu ne disais pas non dans l’temps…

 

Nadina Morona, Etna en miniature

nadine-morano

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Jeudi 16 Avril 1609,

 

Nicolo,

 

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

 

Alors ça y est, tu lèves ma punition ?

 

Ton pote, Gianno Copi

jean-françois cope

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Vendredi 17 avril 1609,

 

Doge Da Ponte,

 

Qu’ouïe-je ?

Qu’apprend-je ?

De quoi suis-je informé ?

 

Il paraîtrait que pour de vulgaires mesures d’économie vous voulez retirer le garde dogéal que la République de Venise met à ma disposition pour me protéger ?

 

Je vous rappelle qu’en tant que chef de la Guilde des « Mascarades Ombres Déguisements et Mystères », je suis menacé par les terribles chevaliers Espagnols de l’ETA, les austères « Escadrons Teinturiers Andalous », qui  ciblent de leur peinture rouge tout ce qui a trait de près ou de loin aux festivités du carnaval.

 

Or si vous ne voulez pas porter la lourde responsabilité de faire de votre serviteur un martyr de la gouache, il faudrait penser à ne pas ôter la protection à un être si cher.

 

Je compte donc sur vous, au nom du futur radieux de notre cité…

 

Francesco Braïni, futur doge

Bayrou

h1

Crise qui peut !

28 mars 2009

portebillet ..

Dans le porte-billets du Doge, du 23 au 27 Mars 1609

.

Noble Doge,

Le ciel et le peuple de Venise grondent.

Ce matin, lors d’un déplacement en gondole, j’ai entendu le gondolier pester contre son chef qui veut réduire son parc de gondoles, et par là même, le nombre de gondoliers, pour faire face aux désastreuses attaques du pirate Da Mondialus.

Ce fait étant déjà fort dramatique pour ces malheureux gondoliers (qui avaient été parmi vos plus fervents soutiens lors des dernières élections dogéales),  j’ai été stupéfait d’apprendre par un de mes espions que ce même chef venait de se mettre (hélas, guère discrètement) dans la poche un magot de plusieurs milliers de sequins !

C’est proprement intolérable, et je réclame justice pour ces pauvres gondoliers spoliés: que ce malandrin rende les sequins avant que cela ne provoque trop de remous !

Pour qu’aucun commerçant ou artisan ne soit tenté d’en faire autant en cette période trouble, je suggère humblement et respectueusement à votre majesté céleste de publier un décret dogéal bien senti !

Votre dévoué, Sabieri Bertranibertrand

__

__

.


.

.

Lundi 23 Mars 1609,

Nicolo,

Bon euh c’est ben beau de penser à l’élection dogéale de 1612 mais et 1617 alors ?

Tu le sais comme moi, les Vénitiens sont des éternels râleurs. Ils médisent contre toi à tous les coins de la Cité et ils risquent de ne pas te laisser gouverner tranquillement.

Et moi alors ? As-tu un instant pensé à moi, à mon heure tant attendue en 1617, hein ?

Alors j’te suggère un peu moins d’esbroufe et plus de solutions pour ces chers vénitiens qui m’éliront dans 8 ans !

Ton pote, Gianno Copi jean-françois cope

__

__

.

.

.

Mardi 24 Mars 1609,

Divin Doge,

Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des divinations alarmantes que je fais en ce moment :

Centurie XXX

Au temps où sequins perdus par millions se compteront, des inconscients les poches de sequins injustement détournés déborderont. Peuple des eaux écoeuré, Prince invoquera pour voleurs en tuniques dorées punir.

Centurie XXXI

Faste incontrôlable du Maître des eaux, les yeux des sans richesses écorchera.

Saine colère grandira, et le 1er du mois du muguet grondera.

Divin devin pour sa bonne oeuvre maints honneurs recevra.

Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

Alain Minc

__

__

.

.

.

Mercredi 25 Mars 1609,

Mon pt’it Nicolo

En tant que Vicomtesse du plus haut rang qui soit et responsable du

M ouvement E thique D es E légants F abricants, l’agacement me guette.

Je suis en effet plus qu’outrée que mes chers fabricants soient traités de voleurs, d’autistes, d’égoïstes et d’inconscients à cause de certains énergumènes peu discrets qui ne respectent pas notre implacable code éthique !

J’attends donc de vous que vous ôtiez ce masque de défenseur des va-nu-pieds pour défendre mes ouailles et pour revenir à votre nature « clong-clong », qui est, comme vous semblez l’avoir oublié, votre seule et vraie nature !

Lisez-moi, écoutez-moi, et que tous les Vénitiens me lisent et m’écoutent à travers vous et voient la sincérité de mon agacement.

Vicomtesse Laura Parisiana, révoltée.Laurence Parisot

__

_

.

.

.

Jeudi  26 Mars 1609,

Doge Da Ponte

Attention ! je vous aurais alerté maintes et maintes fois !

Les Vénitiens n’en peuvent plus ! Vous vous comportez en dogyran, croisement entre un doge et un tyran et cela, moi Francesco Braïni je ne le tolèrerai pas et je vous combattrai , dusse-je envoyer devant vous mes armées de porteurs de masques orangés !

D’aucuns disent publiquement que je suis un démagogue , encore des sbires payés par vous !

D’autres disent que je me comporte moi aussi en dogyran au sein de ma guilde. Moi ? Balivernes !

Ma guilde est libre et ouverte à tous vents, permettant à ceux de mes marchands de masques qui ne sont pas d’accord avec moi d’aller librement voir ailleurs si j’y suis et de recevoir en prime une fraternelle accolade de Francesco Sabieri di Penalti, notre « Conciliateur Corporel en Chef » !

Tout ceci n’est que diversion pour m’empêcher de vous succéder au Palais des doges, comme le fait de m’avoir mis dans les pattes ce petit gnome de Bisiencenisti !

Mais je vous assure que vous n’y arriverez pas, car mon destin…. c’est d’être doge !

Francesco Braïni, futur doge

Bayrou

__

__

.

.

.

Vendredi 27 Mars 1609,

Votre Altesse,

Des colonies où votre bienveillance m’a permis d’obtenir l’honorable charge de grand Argentier de la Pangée, vous me voyez surpris par ce que j’entends malgré moi sur la situation à Venise (car en aucun cas je ne voudrais me mêler de vos affaires).

Par quelle conjoncture est-on arrivé à considérer que des banquiers, que j’ai (mais je ne suis pas le seul vous en conviendrez) toujours considéré comme des exemples de vertu pour les bienfaits qu’ils prodiguent autour d’eux, soient associés aux méfaits de Da Mondialus et à la disparition des sequins ?

Vous êtes d’accord avec moi qu’il faut justifier la recherche rationnelle et systématique du profit par l’exercice d’une saine profession.  Et celle de banquier était noble et utile jusqu’à présent.

J’ajoute que, outre la quête effrénée des richesses, qui n’est, hélas !,  guère un fait nouveau pour l’humanité, et que j’ai toujours dénoncé vigoureusement lors de mes parties de plaisir avec mes amis banquiers, c’est vraiment la malencontreuse accumulation de ces richesses en période d’attaques de Da Mondialus qui les a perdu  et je tombe des nues en apprenant combien leur attitude est peu civique.

Ils ont donc bien changé ces fourbes et je me rallie désormais à leurs détracteurs !

Dominico Strausskani, Grand Argentier par la grâce du doge

strauss-kahn

__

__

__

__

__

__

__

h1

Dimanche, on bosse !

12 décembre 2008

portebillet

—————————————————————–

Dans le porte-billets du Doge, du 10 au 12 décembre 1608

—————————————

————————————————————————————————————

Mercredi 10 Décembre 1608,

Noble doge,

Une bien singulière mésaventure m’est arrivée hier matin.

Je me promenais au bord de la lagune et soudain je fut attrapé, rossé, ligoté et emmené par les hommes du terrible pirate Da Mondialus dans l’antre mystérieux de leur chef.

Là, ce funeste personnage me présenta de biens noirs desseins : il me dit qu’il allait réclamer une montagne de sequins à notre Cité en signe de soumission et procèdera à des attaques et des canonnades systématiques tous les dimanches dans le cas où cette somme ne lui serait pas versée sous un mois.

Déjouant la surveillance de mes geôliers, je parvins à m’échapper et à vous envoyer ce billet le plus rapidement possible.

Il y a donc urgence à prendre des mesures fortes et énergiques : que tous les gardes et gendarmes dogéaux renoncent à leur repos dominical pour se poster aux portes de la cité ! Que les vaisseaux vénitiens prennent la mer tous les dimanches pour traquer les pirates !

Il en va de la sécurité de la Cité et je serai votre croisé contre Da Mondialus.

Votre dévoué, Sabieri Bertrani qui panse ses plaies

bertrand





___________________


Jeudi 11 Décembre 1608,

Divin Doge,

Une bien singulière mésaventure m’est arrivée hier après-midi.

Je me promenais en carrosse au bord de la lagune et soudain je fus conviée gentiment mais fermement par les hommes du Grand Turc à rejoindre les appartements de son représentant officiel à Venise.

Là, il me fit part de ses désirs du moment : il me dit qu’il aIlait réclamer avec force à votre dogéité que tous les commerces de Venise soient ouverts le dimanche afin que les marchands turcs puissent écouler au mieux leurs marchandises à bas prix.

Contre la promesse d’étudier avec attention cette doléance, je fus raccompagnée à mes bureaux d’où je vous fis parvenir ce billet le plus rapidement possible.

Il convient donc pour ne pas froisser les intérêts commerciaux de notre Cité et contenter nos partenaires commerciaux turcs de procéder immédiatement à cette ouverture dominicale.

Il en va de la prospérité de la Cité et cela me permettrait de m’adonner à mon passe-temps favori.

Votre pimpante, Christina Di Garda

lagarde





___________________


Vendredi 12 Décembre 1608,

Nicolo,

Bon euh c’est bien beau de penser à l’élection dogéale de 1612 mais et 1617 alors ?

Tu le sais comme moi, les Vénitiens sont des éternels râleurs. Ils médisent contre toi à tous les coins de la Cité et ils risquent de ne pas te laisser gouverner tranquillement.

Et c’est le dimanche que ces problèmes sont les plus graves : c’est le matin avant et après les offices religieux que les critiques sont les plus virulentes, et les gens poursuivent après leurs discussions politiques dans les réunions de famille, les cafés, théâtres et sur les places publiques.

Ta politique, ton goût du faste et de l’apparat passent mal et quand ça passe mal pour toi, ça passe mal pour moi car je te ressemble tellement par mes qualités !

Ajoute à cela la disparition des sequins à Venise et dans les pays voisins, ce qui aiguise les frustrations et accentue la misère.

Il faut donc occuper le peuple sans discontinuer !

Oblige-donc tes sujets à travailler aussi le dimanche et surtout pense un peu à moi et à mon 1617, hein ?

Si pour cela je dois me brouiller avec tous les membres de l’Union des Marchands de Poignards et bien tant pis, c’est pour la bonne cause !

Ton Copain, Gianno Copi

cope





___________________

Vendredi 12 Décembre 1608,

Doge Da Ponte,

Non !

J’ai eu vent de vos vélléités et je vous annonce solennellement que je ne vous laisserai pas faire travailler les Vénitiens le dimanche !

Les fêtes dominicales, réjouissances familiales et collectives de ce jour sont les occasions idéales pour porter les masques de Mascarade, Ombres, Déguisement Et Mystères et les faire disparaître au profit d’un dur labeur serait à la fois mesquin et déloyal !

Tous mes marchands de masques seront mis à contribution pour relayer mon message auprès de la population : Dame Oréadina, Sannoisino, Gian-Claudio Mathoni, Di Naranji et d’autres….

Je vous mets donc en garde contre ces mesures attentatoires au droit d’oisiveté !

Francesco Braïni, au nom de ces marchands

Bayrou