Archive for the ‘Giuliardi et Da Mondialus’ Category

h1

A la recherche frénétique du cavaliere mandarine !!!

9 mars 2010

(Dans le porte-billet de Francesco Braïni – 9 Mars 1610)

Mon bon Francesco,

N’ayant pas le don d’ubiquité, je tiens à vous informer que je suis aucunement responsable des méfaits que vous m’attribuez en me soupçonnant d’être le cavaliere mandarine, pour la simple raison que les mois passés j’étais trop occupé à détrousser quelques riches brebis égarées sur la lagune pour nourrir la veuve et l’orphelin.

Enrico Giullardi

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbb

bbbbbb

Monsieur Braïni !

Hiiiiiii ! Moi je sais qui c’est ! J’ai des preuves formelles ! J’ai tout étudié, tout décortiqué, tout analysé, tout agité, tout autopsié, tout caractérisé, tout comparé, tout considéré, tout déchiffré, tout décomposé, tout dépecé, tout désossé, tout disséqué, tout dissocié, tout distingué, tout énuméré, tout épluché, tout examiné, tout inventorié, tout psychanalysé, tout raisonné, tout recherché, tout  regardé, tout résolu, tout scruté, tout sondé, tout vérifié pour trouver l’identité de ce cavaliere mandarine qui vous fait des misères, mais vous allez rire…je me suis surtout tout trompé ! Yihhhaaa !

Il Romaintus

_____________________

_

____________________

bbbbbbb

Monsieur le Président de la guilde  « Mascarade, Ombres, Déguisements et Mystères »

Aucun article du règlement intérieur de la guilde ne prévoit ce genre d’amusement épistolaire public, déduisez-en que je ne suis donc pas l’auteur des écrits qui sont reprochés au cavaliere mandarine

Par contre si vous mettez la main sur lui, c’est avec abnégation que je remplirai ma noble fonction de médiateur.

Nicolo Mansinetti

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbb

vvvvvvvvv

Francesco,

Le cavaliere  mandarine n’étant pas une femme, il n’y a aucune chance que je le connaisse.

Guillermo di Casanogon

_____________________

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbb

Braïni,

Une bonne fois pour toutes : je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine, Je ne suis pas le cavaliere mandarine

Christo Gistani


_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbb

Monsieur le chef de guilde,

Laissez donc notre beau cavaliere mandarine tranquille, il est si beau, si gentil, si frais, il porte si bien le masque et il parle si vrai que nous serions vraiment tristes s’il venait à disparaître de notre horizon quotidien.

Baronneta Francesca Bianca, Sophia di Massilia, Lucia di Ridero et leur cousine Geraldina en pâmoison

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbb

Tête mâle : Mon pote Francesco,

Mais p….. de b….. de m…., c’est quoi ce f…… ? Tu te laisses emm….. par un zozo orangé qui te démonte la g….. à longueur de journée en disant que tu  pourris la vie de tes fabricants de masques. Et tu n’as même pas les c……. de lui dire en face à ce clown ce que tu penses de ce qu’il te balance à la tronche ?

Mais c’est quoi ce chef de guilde à la noix ? je vais te le dire ce que….

Tête femelle : … Euh, je reprends le fil de cette missive, mon compagnon un peu impulsif voulait dire en fait :

Monsieur le chef de la guilde,

Nous nous étonnons de l’agitation qui sévit dans la guilde. Nous sommes interpellés par le fait qu’un quidam de couleur mandarine vienne asséner des coups en vous accusant de ne pas être irréprochable vis-à-vis des fabricants dont vous êtes le représentant. Nous sommes déçus par le fait que vous ne répondiez pas aux propos que ce triste sire tient sur vous. Nous nous interrogeons par voie de conséquence sur votre légitimité à la tête de la guilde !

Le terrible duetto Cocobino

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb


bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbb

tttttttttt

Mon Francesco,

Mais euh, il fait que m’embêter le cavaliere mandarine. C’est un vilain pas beau, qui dit des paroles méchantes et qui me donne envie de crier très fort « Assez ! ».

S’il continue je vais devenir tout rouge, et même peut-être que je dirai un gros mot.

Voila c’est dit, na ! Alors qu’il arrête celui là hein !

Giacomo Madjabruti

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbb

bbbbbbbb

Ami des Fruits et Légumes, notre bon Braïni,

Nous sommes nous aussi des cavalieres maraîchers et nous déplorons que vous ne vous intéressiez qu’à ce cavaliere mandarine:

Moi le Cavaliere Salsifi, je pourrais facilement vous démontrer que ce cavaliere est un vil imposteur et qu’il est de surcroît un malandrin plutôt qu’une mandarine.

Moi le Cavaliere Kiwi, je vous apprendrai que dans votre secte se trouvent des pseudo-amoureux de la nature qui en fait ne sont amoureux que des bienfaits que leur courtisanerie à votre égard leur prodigue.

La confrérie naissante des cavalieres maraîchers

__

___________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

vvvvvvvv

bbbbbbbb

Mon cher chef de guilde adoré,

Oui, c’est moi le cavaliere mandarine !

Euh… non malheureusement, ce n’est pas moi, et pourtant j’aurais bien aimé sentir une fois,  ne serait qu’une seule fois, le doux vent de la contestation de votre pouvoir suprême, hum… cela me faisait frissonner.

Princesse Mirabella, effrontée

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbb

vvvvvvvv

bbbbbbb

Mon bon Braïni

Vous le savez, nous autres les membres de la confrérie de « Jesus GRID ressuscité », nous ne parlons pas vénitien mais uniquement par citations, aussi à propos de ce cavaliere mandarine pourrons-nous dire avec force :

« Une seule mandarine pourrit tout un panier. » (Chroniques abyssiniennes)

Comprenne qui pourra…

Giacomo-Enrico Strossi


_____________________

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbb

Monsieur FB,

Moi, Gianfranco Democratico, vaillant défenseur de la guilde, dont les hauts faits verbaux ne sont plus à prouver, je voulais vous dire que bien que n’étant pas le fameux cavaliere mandarine, ce qu’il dit est assez conforme à ce que je ressens depuis peu et n’allez pas trouver de contradictions de ma part. Avant je trouvais bénéfique d’être courtisan, maintenant je tire plus de profit à être un opposant alors me voilà devenu le défenseur convaincu des fabricants opprimés.

Je me suis donc en toute cohérence choisi le très seyant surnom de « girouettino ».

Gianfranco « girouettino » Democratico

_____________________

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb

bbbbbbbbbbbbbbbbbb

vvvvvvvvvv

Ô Grande Lumière de la  M ascarade,  Ô grand prince de l’Ombre, Ô majesté  des Déguisements et des Mystères !

Toi qui éclaire la guilde d’une lueur céleste, toi qui nous guide, nous pauvres égarés, dans les ténèbres de Venise !

Toi qui vois tout, sais tout, prédis tout !

Toi qui permets à des brebis apeurées de retrouver un peu de force

Protège-nous ! Oui, protège-nous de ce terrible fléau qu’est le cavaliere mandarine, abat sur lui ta puissance, déchaîne toutes les flammes de l’enfer contre celui qui te fait des misères et nous plonge dans l’effroi et le tourment ! Et s’il ne comprend pas, inflige-lui le châtiment suprême : envoie lui l’Archange Celina Alomini !

Thomassone Cortegiano, courtisan notoire de la guilde

Publicités
h1

Un vengeur masqué de plus : le cavaliere mandarine

5 mars 2010

Venise Jeudi 04 Mars 1610,

Marinella,

J’aimerais que tu mènes des investigations sur ce mystérieux cavaliere mandarine qui s’amuse à coller dans les locaux de la guilde des lettres m’étant destinées.

Au besoin promets une prime à qui le démasquera. Ou fais appel à une boule de cristal ou au tirage des tarots. Enfin, je fais confiance à tes méthodes habituelles.

Voici la lettre de menaces qu’il m’avait envoyée il y a quelques mois. Je ne te l’avais pas confiée parce que je croyais à une farce de la part d’un jeune apprenti de fabrique éconduit se prenant pour Enrico Giulardi et je n’avais pas voulu t’alarmer à l’époque au vu du vilain torticolis persistant que tu avais contracté lors de ton voyage à Marseille. Mais là ses lettres deviennent de plus en plus fréquentes et sont même attendues avec avidité par nos fabricants. Cela ne peut plus durer.

Je te fais confiance une fois de plus, ne me déçois pas une fois encore, Ô Marinella !

Ton Francesco.


____________________

____________________________________________

Venise, Dimanche 29 novembre 1609,

Francesco,

Par la présente, je vous informe que face à la montée des périls j’ai décidé d’entrer en résistance.

Vous pouvez compter sur moi, le cavaliere mandarine, pour vous rappeler tous les jours que vous n’êtes qu’un infâme bonimenteur.

Vous me connaissez… ou peut-être pas… mais cela n’a aucune importance, car je ne suis que le porte-voix anonyme des fabricants que vous dupez depuis votre élection à la tête de la guilde il y a bientôt 3 ans. C’est à eux que je pense chaque fois que le rasoir du barbier effleure ma joue, encore imberbe il y a peu.

Oui, me voilà désormais homme, mais que ma plume juvénile ne vous trompe pas sur la nature de ma force : je suis aussi agile qu’une fouine, et comme elle, de par ma préférence alimentaire pour les rongeurs, j’exerce une sorte de police sanitaire, surtout contre les rats comme vous qui se nourrissent à tous les rateliers selon l’évolution de leurs intérêts.

Me voilà donc, Francesco, et je suis venu pour rester. Vous pouvez compter sur moi.


Cavaliere mandarine



PS : Mandarine je le suis de par ma jeunesse, mais même si je suis le moins acide parmi les agrumes, n’oubliez pas que je peux porter de nombreux pépins 

h1

Contes et légendes de la lagune : Da Mondialus, le pirate mondialisé

19 février 2009

canaletto_salute

___

___

___Il y a longtemps de cela vivait dans la campagne vénitienne un vieux marchand Lorenzo di Magiurbo, issu d’une illustre famille, et sa fille unique, Fiorellina. Cette jeune femme solitaire passait ses journées à observer rêveusement chaque petit détail de la vie et à lire des livres de chevalerie.

Un jour qu’elle était seule dans le verger à l’heure du crépuscule, elle surprit un jeune homme, Jacopo Barbaro, chapardeur notoire, en train d’y cueillir des oranges.

Loin de se sentir gêné, Jacopo entreprit de lui expliquer qu’il vérifiait la santé de ses orangers et lui délivra un cours détaillé de botanique avec un aplomb tel qu’il la fit rire, la sortant de sa torpeur. Il se noua ainsi une franche amitié qui ne tarda pas à se développer en sentiment amoureux.

Il n’y avait pas plus dissemblables que ces deux-là, elle si mélancolique et fuyant les ombres de la nuit, lui si avide de sensations fortes et aimant la vie nocturne. Si bien qu’ils ne se rencontraient qu’à l’heure du crépuscule.

Elle lui lisait des histoires afin d’élever son esprit et en échange il l’égayait en lui relatant ses multiples facéties.

Lorsqu’il atteint l’âge de 19 ans, il lui fit part de son désir de prendre le large dans un navire marchand afin de découvrir le vaste monde et de faire fortune. Fiorellina, bien qu’attristée par cette décision, ne tenta pas de l’en dissuader.

La veille du départ, pris d’une intuition soudaine  il se ravisa et la pria de ne pas le laisser partir car il pressentait qu’il ne reviendrait pas le même, qu’elle risquait de perdre à jamais le Jacopo qu’elle aimait. Fiorellina fut tentée mais n’en fit rien, car elle savait qu’elle ne pouvait le garder auprès d’elle alors qu’il voulait vivre hors des limites du vieux monde.

C’est ainsi qu’il s’embarqua sur un navire en plein hiver, non sans un pincement au coeur. Il fut pris dans un tourbilllon de découvertes et d’aventures qui lui firent vite oublier Fiorellina, à laquelle il ne manquait cependant pas d’envoyer un billet de temps en temps, lui disant qu’il espérait qu’elle l’attendrait mais qu’il ne pouvait l’empêcher de faire sa vie avec un autre si elle en décidait autrement.

Au bout de six années d’une correspondance suivie, Fiorellina tomba gravement malade. Jacopo,  entre-temps avait fait fortune dans la piraterie et, se sentant las de ses multiples voyages,  crut ressentir le besoin de retrouver à nouveau la terre ferme et Fiorellina. Il se jura même de s’installer avec elle et de l’épouser. Il décida ainsi de revenir à Venise.

princess-bride-photo-160-princessbridecover

Malheureusement entre-temps sa tête avait été mise à prix et il dut par conséquent attendre la période du carnaval pour accoster, déguisé, à Venise.

Ebloui par les festivités et, occupé par le détroussage des carnavaliers, qui devait, pensait-il, lui rapporter encore plus d’argent pour son installation avec Fiorellina, il tarda malheureusement de se rendre à son chevet.

Il fut alors arrêté et mis au cachot par le chef de la police de l’époque, Nicolo Da Ponte, qui ne voulut rien entendre à son histoire et ne transmis guère la lettre qu’il lui avait confiée pour Fiorellina.

sarko1

Il parvint cependant à s’enfuir quelques mois plus tard grâce à ses complices, qui lui apprirent malheureusement la mort au printemps de Fiorellina, une fleur d’oranger dans la main.

Il ne put lui rendre ses derniers hommages car Nicolo Da Ponte bloqua toutes les routes, et il dut embarquer, la mort dans l’âme.

Loin de faire oeuvre de repentance pour les penchants vénaux qui l’avaient retenu à Venise, il voua une haine inextinguible pour Venise et Nicolo Da Ponte, qu’il jura de ruîner par tous les moyens.

da-mondialus

C’est ainsi que naquit le personnage légendaire du pirate Da Mondialus, ennemi juré de la Sérénissime et du vieux monde.

h1

Orages sur la République

13 février 2009

orage-venise Vendredi 13 Février 1609,

__

__

__


Chère Lucia,

Je m’inquiète beaucoup de la tension sourde qui prévaut à Venise et qui annonce de lourds orages.

Les récents troubles à l’ordre public occasionnés par les effets des drames engendrés par la disparition des sequins et les attaques de Da Mondialus, semblent enfin commencer à inquiéter notre Doge et sa cour.

Mais je ne pense malheureusement pas que cela dépasse l’idée d’une relance… de son jeu de la chaise musicale percée pour se divertir et restimuler ses conseillers !

Hier encore, face à un attroupement de gens devant les grilles du Palais, venus protester contre l’enchérissement des denrées, et surtout du pain, la femme du Doge, d’ordinaire si prompte à se montrer proche du peuple et de ses souffrances (ce qui expliquerait qu’elle parle toujours à l’oreille gauche du Doge) s’est spontanément écriée « «S’ils ne peuvent s’acheter du pain, qu’ils s’achètent de la brioche !»« 

Quant au Doge, comme d’habitude, il balaie tous les embryons de critique sur une dérive princière de son pouvoir par son sempiternel «C’est légal parce que je le veux» !

Inutile de vous dire que les préoccupations de la cour se limitent actuellement aux spéculations sur le brillant avenir du jeune fils du Doge, Giovanni Da Ponte.

Il se murmure effectivement que le Doge préparerait ce dernier à sa succession, ce qui irrite plus d’un conseiller du Doge, peu regardants sur les dérives du pouvoir tant qu’ils espèrent en profiter et se poser en successeurs le moment venu.

A ce sujet, saviez-vous d’ailleurs que Francesco Orlanducci, le vieux chef de troupe des Pagliaci Di Scena s’est déclaré candidat à la candidature dogéale de 1612 ?

hollande

Nous risquons fort de nous amuser avec tous ces candidats à la succession de notre bon Doge !

La cour est d’ailleurs actuellement en ébullition car à l’occasion de la San Valentino, le Doge prépare une fête magnifique en l’honneur de son épouse.

saint-valentin

Il aurait même passé commande samedi dernier à la troupe « Nouveaux Pagliaci Anti-sequins » d’Olivio Bisiencenisti d’une pièce immortalisant sa rencontre mémorable avec Carlita Brunesca.

Les Pagliaci Di Scena se sont d’ailleurs dits offusqués de cette préférence pour leurs concurrents, qu’ils trouvent contraire à la tradition républicaine de Venise, dénonçant une fois de plus les dérives princières du Doge.

Quant à Olivio Bisiencenisti, il prétend que pour lui l’argent n’a pas d’odeur et qu’il en a drôlement besoin en ce moment pour financer le lancement de sa troupe, son objectif premier étant de supplanter les Pagliaci Di Scena dans le paysage vénitien et ensuite… advienne que pourra !

Le doge a donc un nouvel ennemi préféré…

Fabio Lauresti, de son alcôve au palais du Doge

h1

Les banquiers privés de banquets ?

20 janvier 2009

quentin_massys__

__Mardi 20 Janvier 1608,

__

__

__

__

Ma chère Lucia,


Je réponds à
votre dernier billet :

oui, la situation est aussi grave au Palais !

Le Doge Da Ponte continue à sermonner à longueur de journée nos représentants absentéistes à l’Assemblée des Notables (AN), qui passent leur temps à pleurnicher et accuser leurs concitoyens de ne pas les laisser accomplir leur devoir de présence (à défaut de conscience), ce qui est assez amusant, quand on se souvient des apparitions réduites de notre Doge quand il était, lui-même, simple représentant à l’Assemblée des Notables (AN) !

S’il n’était pas aussi soucieux de faire voter en toute hâte ses propositions de loi il ne serait pas aussi regardant sur l’armée de fantômes que représente notre Assemblée des Notables.

Mais il n’y a pas que ça : figurez-vous que nous recevons depuis peu quotidiennement les membres de la Guilde des banquiers, concernés par la disparition mystérieuse des sequins.

Notre Doge n’arrête pas de les malmener.

Un jour il les régale pour qu’ils lui livrent quelque hypothétique trésor de guerre qu’ils auraient accumulé au fil des années et des guerres menées par la République, et le lendemain, face à leur refus, il les maltraite.

Il aurait même menacé de les livrer en pâture à ses chiens, de la redoutable race des Lefebvriers.

630fredericlefebvre

Mais le pire serait qu’après les avoir ménagés il finisse par les livrer à la vindicte populaire en raison de leur utilisation irraisonnée de la pierre magique de sequinsvent et leur façon de festoyer sur le dos des vénitiens !

bq

Je crains que nombre d’entre-eux, qui se sont bien engraissé au cours des dernières années, n’aient du mal à prendre discrètement la poudre d’escampette sur des gondoles !

Surtout que le Royaume d’Angleterre, d’habitude si favorable à la profession, refuse désormais de leur donner l’asile !

Certains étalages de richesses sont devenus tellement indécents pour les Vénitiens, touchés durement par les effets des attaques de Da Mondialus (que la délicieuse Christina Di Garda continue de sous-estimer contrairement au triste Francesco Filli), qu’ils posent même problème à notre Doge, soucieux de ne pas être contraint de réduire son propre train de vie à force de surexposition.

Je ne serais cependant pas étonné que notre Doge finisse par être soutenu en 1612 par ces mêmes banquiers et réélu par cette même population !

Fabio Lauresti,  du palais des Doges

h1

Les voeux du Doge

5 janvier 2009

voeux1__Mercredi 31 Décembre 1608,

__

__

__

__

__


__

__

Chers Sujets,

L’année 1608 s’achève. Elle fut rude.

C’est la raison pour laquelle je veux penser d’abord à ceux qui n’ont pas eu l’indicible plaisir de me croiser en chair et en os cette année et également à ceux qui n’ont pas pu admirer les talents lyriques de mon épouse Carlita.

Je veux penser à nos soldats qui en ce moment même risquent leur vie pour que votre Doge adoré puisse continuer à gouverner en toute quiétude.

Pour tous les Vénitiens, cette année fut difficile. Les attaques de DaMondialus, ce perfide pirate, sont venues ajouter leur lot de peines et de souffrances. Chacun d’entre-vous en subit les conséquences.

Face à ces attaques ayant pour but de dérober tous mes euh nos sequins, je mesure la responsabilité qui est la mienne. Cette responsabilité je l’assumerai spécialement pour tous ceux qui pensent que le Doge et son entourage doivent être protégés et choyés.

Depuis que les difficultés sont apparues je vous ai toujours dit la vérité et j’ai agis. C’est mon devoir.

Le pire dans cette situation aurait été que chaque dirigeant de chaque nation décide sans se préoccuper des autres. Les initiatives que j’ai prises au nom de l’Assemblée des Villes de Foires pour que chaque cour garde un faste et un apparat de haut rang, ont permis d’éviter que moi et les princes voisins ne nous ridiculisions dans une déchéance injuste.

 De même, l’immobilisme aurait été une faute.

Les difficultés qui nous attendent en 1609 sont grandes. J’en suis pleinement conscient. Je suis plus décidé que jamais à y faire face, avec le souci de ma grandeur, avec l’obsession d’obtenir des résultats.

Après avoir préservé les économies de votre Doge bien-aimé grâce à un plan de sauvetage des finances dogéales de 26 milliards de sequins, ce sont les emplois de tous mes sujets qu’il faut désormais sauver.

Car point de travail de mes sujets corvéables à merci – point de sequins, point de sequins – point d’impôt, point d’impôt – point de cassette dogéale pour mes fêtes somptueuses et mes cadeaux démesurés.

Nous serons pragmatiques, attentifs, réactifs pour préserver les finances personnelles du Doge et s’il faut faire davantage, nous le ferons mais en gardant notre sang froid.

Les difficultés, mes chers compatriotes, nous avons les moyens de les affronter. A condition d’être solidaires avec moi, votre Doge. Je ne laisserai pas les plus fragiles être mis à l’écart des devoirs des citoyens vénitiens.

Dans l’épreuve, la solidarité doit jouer et c’est pour cela que même les plus démunis seront solidaires de leur cher Doge en y allant de leurs sequins qui tomberont un à un dans ma poch…euh cassette.

Pour me permette de continuer d’être le Doge distingué et fastueux que vous aimez tant, chacun devra faire des efforts. Car de cette épreuve naîtra un Doge nouveau auquel nous devons nous préparer : les fêtes au palais des Doges seront plus éclatantes et mon train de vie particulièrement soigné.

Je ferai également des réformes : réformes des gazettes afin qu’elles ne
disent plus de mal inconsidéré de leur dirigeants, réforme de l’enseignement pour que les précepteurs enseignent bien que je suis un grand Doge, réforme de la distribution des mets de luxe afin qu’ils soit gracieusement appréciés par tout Vénitien ayant le titre de Doge.

Mes chers sujets, toutes ces réformes, je les mènerai avec mon conseiller Francesco Filli, non par esprit de système mais parce qu’elles sont la condition qui permettra à Venise de se faire une place parmi les Nations qui ont les dirigeants les plus riches et les plus enviés.

En même temps, nous préserverons les valeurs qui font notre spécificité : le luxe, la richesse, les brillants, la solidarité envers son Doge, sans laquelle aucun effort n’est possible.

Enfin, la Sérénissime continuera d’agir en Afrique, et bien sûr en Orient, parce que c’est la vocation de Venise de chercher partout les chemins de la richesse comme c’est aussi dans sa vocation d’agir pour le droit aux biens de luxe de son Doge.

Mes chers sujets,

Da Mondialus nous oblige à changer plus vite et plus profondément. Il est une épreuve. Il est aussi un défi pour la vie de jeu et de luxe du Palais.

Ce défi-là, je veux le relever avec vous. Vous pouvez compter sur moi.

Nous avons des atouts considérables. Il y a dans le peuple vénitien quand il est rassemblé assez d’énergie, d’intelligence et de courage pour que nous ayons ensemble confiance dans l’avenir de nos festivités.

Du fond du coeur je présente à chacun d’entre vous mes meilleurs voeux de préservation d’un Doge aussi merveilleux pour 1609.


Vive la République,

Et Vive Venise !


PS : de faux voeux dogéaux circulent à Venise, surtout ne vous laissez pas abuser !

sarko1

h1

Les pirates des temps nouveaux

22 décembre 2008

pirates

__Lundi 22 décembre 1608,

__

__

____

__


Pirates du monde entier, mes frères,

Je tiens à vous féliciter pour vos actes de dépravation et de bravoure commis au cours de cette année 1608 !

Cette année fut effectivement faste en petites rapines, pillages et exactions, soit le champs habituel de notre action.

Malheureusement, alors qu’on nous accuse d’avoir subtilisé la majeure partie des sequins du monde civilisé, cet exploit extraordinaire, sans précédent depuis les fameux actes de pirateries de 1529, n’est malheureusement pas à mettre à notre seul actif et je vous demande par conséquent d’être très vigilants :

Ce méfait gigantesque est apparemment dû à plusieurs facteurs :

  • Melvina Silva :

Cette sorcière vénitienne, a découvert l’étonnant moyen de transformer les sequins en vent.

gold-coins-bullion

Sa pierre de sequinsvent a été subtilisée par la Guilde des prêteurs et banquiers et livrée sous le manteau à tous les membres des guildes apparentées aux quatre coins de la terre, mais sans mode d’emploi.

J’ai même ouï dire que l’infâme Doge Da Ponte, l’impératrice Angelina Merkalis, le roi du Carnaval des nouvelles colonies, Borackio Obamati et d’autres souverains en ont reçu par la suite un exemplaire personnalisé afin de se familiariser avec ses effets dévastateurs.

Lorsqu’on utilise cette pierre magique sur les sequins, se produit instantanément un mirage qui en multiplie le nombre mais les réduit au bout de quelques mois à l’état de souvenir béat.

Je veux cette pierre ! trouvez la moi, il me la faut !

  • Les dirigeants des Royaumes et Républiques :

Malgré les efforts qu’ils ont dépensés pour trouver des sequins en réserve, aider le commerce et leurs sujets, ils continuent à vivre avec faste et à multiplier les dépenses.

money

En plus ils n’arrivent même pas à se mettre d’accord entre eux pour coordonner leurs efforts.

Ils en deviennent petit à petit aussi impopulaires que nous. Quelle pitié !

Ils pratiquent également la piraterie, mais pas notre piraterie traditionnelle, noble et historique.

Non leur piraterie en collerette blanche, abuse, trompe et détrousse les bonnes gens comme les Etats et à des niveaux bien plus étendus que nous ne l’avons jamais fait.

Ils jouent donc sur notre terrain, c’est intolérable !

Tout ceci pour vous dire : attention, l’année 1609 doit être NOTRE année, ne nous laissons pas voler notre territoire du vol, de la terreur et de la désolation par ces bandits de salon !

Pirates de toutes les mers, unissons-nous et agissons encore plus fort pour défendre nos droits !

Le pirate Da Mondialus, sur le pont de son vaisseau amiral

da-mondialus