Posts Tagged ‘Christophe Ginisty’

h1

Contes et légendes de la lagune : La terrible île de Novantadue (92)

10 février 2010

Francesco BraÏni entre dans la chambre de son petit-fils et se fâche :

« Dis donc tu vas dormir ! Si tu ne dors pas dans cinq minutes, je vais t’exiler dans la terrible île de Novantadue ! »

–   Papy c’est quoi la terrible île de Novantadue ?

–   Bon je vais te raconter et ensuite du dors, hein !

Là-bas, loin loin dans la lagune qui borde Venise, se trouve une île mystérieuse et étrange, l’île de Novantadue.

Elle est essentiellement peuplée de fabricants maudits de la guilde Mascarade Ombre, Déguisements et Mystères que j’ai exilés loin de la fabrique pour être tranquille. On raconte que depuis ils se sont transformés en monstres et en chimères et n’auraient plus rien d’humain à part la parole.

– Et pourquoi « Novantadue », papy ?

– Ne m’interromps pas tout le temps !  je vais t’expliquer…

Novantadue en italien veut dire 92 car j’en entends parler 92 fois par jour et qu’ils me causent 92 000 problèmes.

La légende dit que les côtes de l’île sont gardées par le Cocobinator, un cerbère à deux têtes : l’une de chat, douce et calme, l’autre de lion, rugissante et effrayante. Quand la tête de chat parle en miaulant, il n’est pas rare d’entendre le lion l’interrompre par un  « chaton ! Laisse moi faire, je vais leur montrer, moi ! »

Si tu arrives à passer l’obstacle du Cocobinator, tu t’enfonces dans la forêt luxuriante qui occupe la plus grande partie de l’île. Là vit tout une faune iconoclaste ou extravagante.

On y trouve d’abord une espèce d’écureuil, le Ginistix, qui à la particularité de garder des informations désobligeantes pour moi dans ses bajoues et de les transmettre à Venise par des messages qu’il met dans des bouteilles jetées à la mer.

Viens ensuite le Branatus, un petit reptile nerveux, replié et tellement courbé qu’il lèche le sol quand l’un des deux ogres de l’île vient à passer par-là.

– Des ogres ! Papy je veux plus que tu me racontes ! j’ai peur !

– Trop tard, petit impertinent,  je poursuis…

Oui, deux ogres habitent chacun un manoir dans la partie septentrionale de la forêt, manoirs qui se font face.

Il se dit qu’ils se détestent et qu’ils ont chacun une ménagerie de monstres qu’ils ont dressés à se combattre pour prendre le pouvoir sur Novantadue.

L’un des ogres, Bernie LePasbo est un ogre habile mais agressif. Les autres habitants de l’île s’en méfient.

L’autre Danny Badtrippes, était membre du Sénat de Venise. Ogre moins imposant mais bien plus sournois.

Dans une des prairies de Novantadue, vit aussi un cheval biface, le Romainteux. Ce cheval est déroutant car il a la particularité de pouvoir passer d’un état de cheval apprivoisé et doux à celui d’un pur-sang enragé et hennissant en quelques secondes. Effrayant non ? J’aurais bien aimé l’attraper pour l’intégrer à mon élevage, mais il est indomptable.

Il y a aussi le Grebarion, une sorte de caméléon venimeux, qui s’adapte à tous les terrains, les saisons et les situations. Il vit là où la nourriture est la meilleure et n’hésite jamais à changer d’endroit ou de maître pour se sustenter.

Quelques autres spécimens encore :

La Chantalebro noire, une sorte d’araignée velue qui étouffe ses proies dans de la bave tiède

Le Dupino, petit renard sage à la chevelure soignée, bien trop délicat pour la vie à Novantadue, mais qui survit grâce à son flair

Le Creuzac, petit lézard putride et agressif qui se terre sous l’aisselle de Dany BadTrippes pour mieux atteindre ses cibles.

Le Burelos, une sorte de bélier batailleur, qui saute sur tout ce qui bouge

Le Delomniac, un humanoïde qui a en guise de grid-grid  protecteur un singe perché sur son épaule, qui change d’épaule en fonction de son humeur.

La Whitemulesse, un croisement entre une mule et une huître

Le Coche peint, une mouche (du coche) inoffensive aux poils oranges

Le Trop teint, un passereau inoffensif à la teinte orangée

– Comme tu le vois mon garçon, l’île de Novantadue est bien effrayante, et je me demande dans certains moments d’égarement  lucide si je n’ai pas fais de grosses bêtises dans cette histoire…

Mais le garçon dort depuis longtemps, le sommeil agité et assombri par cette île maléfique.

Publicités
h1

Au portail du mal de tête

10 mars 2009

mal-de-tete-droit

Mardi 10 Mars 1609,

Chère Melvina,

Je profite d’un bref moment de répit pour vous écrire, car non seulement ma céphalée ne me quitte quasiment plus, mais en plus j’entends des voix (certes confuses mais bien réelles) depuis quelques jours.

Non, décidément je pense que je suis vraiment victime d’un mauvais sort !

J’ai tout essayé, vos remèdes à base de nez de babouins, les incantations de magie noire suggérées par Celina Alomini, les nobles prières de la très regrettée soeur Catharina Dal Masio, les bains de tête dans un seau d’eau froide conseillés par Marinella Di Sarnofio

Christo Gistani m’a suggéré en guise de cure une exposition à ses lumineux lampions, mais je suis embêté car j’ai Nicolo Vicino qui m’a, lui, proposé de me mettre plutôt à l’abri de la lumière trop vive.
Bon, j’ai finalement décidé de faire un peu des deux, voulais pas les contrarier et puis qui sait s’ils ne se trompent pas ? Mais j’arrive pas vraiment à trouver le juste-milieu et personne n’a pu m’aider.
J’ai finalement opté pour la lumière vive pour l’oeil droit et faible pour l’oeil gauche, on verra bien lequel s’en sortira le mieux…

Ah… je sens que ça me reprend… et en plus je louche !

Bon, je pense que je vais lancer une consultation grandeur nature auprès de tous les membres de la guilde pour leur demander ce qu’ils en pensent. Je suis sûr qu’il s’en trouvera quelques-uns dans le tas pour me suggérer quelque remède efficace. Ah oui, mais comment les départager ? Et lequel tester en premier sans vêxer ? Aïe aïe aïe aïe aïe… la douleur s’accentue !

Sans compter sur Francesco Sabieri di Penalti, qui sera probablement tenté de me suggérer une des ses fougueuses fraternelles accolades, à qui j’ai pourtant dernièrement renouvelé mes encouragements pour cette discipline en le nommant très officiellement « Conciliateur Corporel en Chef ». Mais après tout, peut-être qu’un bon petit coup me ferait du bien à moi aussi, non ? Non, je m’égare, ce n’est pas une bonne idée.

Et que dire de ceux qui m’encouragent à ne surtout rien faire, prétextant que mes voix seraient d’ordre divin et me guideraient dans ma stratégie pour 1612 ? Cela voudrait-il dire que je doive finalement supporter cette souffrance avec extase ?

Oui, mais si c’était un sort lancé par le Doge Da Ponte ou les Pagliaci Di Scena pour m’écarter de la course à l’élection dogéale ?

Melvina, aidez-moi, car je ne sais plus où donner de la tête !

Francesco Braïni, un mouchoir avec glaçons sur la tête

Bayrou