Posts Tagged ‘Doge’

h1

Décret Dogéal du 03 Novembre 1610 dit «Décret indietro, de retour»

3 novembre 2010

 

MOI, Nicolo Da Ponte, Doge de la Sérénissime Venise jusqu’en 1612, et Doge à vie si les auteurs de ces chroniques respectaient les réalités historiques (ce qui a toujours le don de m’agacer d’ailleurs)

Attendu que :

1)     Les courriers à Venise sont interdits depuis le mois de Juin 1610 et que cela fait bien long.

2)     Que la Sérénissime se doit d’avoir des chroniques dignes de ce nom.

3)     Que Fabio Lauresti, Lucia Di Ridero et les autres chroniqueurs ont des fourmis à leur plumes.

 

 Décrète :

 Article 1

Les  Chroniques vénitiennes reprennent à compter de ce jour et ce, jusqu’à nouvel ordre.

 

Le Doge, Nicolo Da Ponte, en sa grande inventivité


h1

Mémoire pour l’instruction du Dauphin – Chapitre 1er : Le «code d’honneur» des olikarkes

20 octobre 2009

Memoire dauphin

Doge Nicolo da Ponte : «Il  y a la loi, les policiers, le juge… Et il y a la famille. Tu me suis, hein ?  La famille fait toujours appel aux forces de l’ordre. Elle ne se fait pas justice elle-même… d’ailleurs elle utilise bien la justice et les autres institutions de la République de Venise, comme quand on t’avait volé ton petit poney, tu te souviens ? Je t’explique : si quelqu’un te fait un tort mineur, tu vas direct me trouver… Tu me le dis, j’appelle mes potes et c’est vite expédié. C’est comme ça que les choses fonctionnent entre nous

Giovanni da Ponte : «C’est ça, faire partie de l’olikarkieeu ?»

Nicolo da Ponte : «Oui, c’est ça. Et puis, il y a olikarkie et Olikarkie. Ceux qui font du petit trafic de postes mineurs, et ceux qui sont, comme nous, des “hommes d’honneur” qui agissent pour le bien de la collectivité de père en fils, qu’on appelle des olikarkes tendance monarkes. Ceux-là ne s’adressent jamais aux autorités, ils SONT les autorités.


le voleur de venise

S’il faut redresser un tort fait à mon fils, lui trouver un emploi, de l’argent, pas besoin de perdre son temps. J’achète un tel ou un tel par l’octroi de faveurs ou des menaces et je résous le problème moi-même.»

Giovanni da Ponte : «Tu m’avais pourtant dit-eu quand j’étais petit-eu que les olikarkes, ce sont ceux qui ne respectent pas la loi, les institutions républicaines et s’en foutent plein les poches…»

Nicolo da Ponte : «Mais personne ne respecte la loi…»

Giovanni da Ponte : «Aucun olikarke ? »

Nicolo da Ponte : «C’est évident. Ils sont contre la loi… Parce que les lois votées ne sont jamais appliquées, sauf quand elles servent leurs intérêts. T’as compris ? Allez, va t’entraîner maintenant à tirer sur les pigeons !».


h1

Doge de Venise, un metier difficile !

17 octobre 2009

portebillet  Dans le porte-billets du Doge, du 5 au 9 Octobre 1609

 Lundi 5 Octobre 1609,

 Divin Doge,

 Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des douloureuses divinations qui me hantent a votre propos :

 Centurie LIII

 Roi carnavalier injustement préféré au maître des eaux oublié

Se verra honoré par aréopage des sages mondiaux

Grand chantre de la paix il sera désigné

Maitre des eaux marri se retrouvera bientôt

 Centurie LXV

 Ministre cultivé cultivera problèmes

Indigènes lointains remonterons du passé

Citoyens indignés lui jetteront l’anathème

Piteusement défendra son honneur bafoué

 Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

 Alain Minc

 

 Mardi 6 Octobre 1609,

 Fooooooooooormidable Doge,

 Pouvez-vous m’aider à raisonner Francesco Braïni, vous qui le connaissez malgré tout si bien ?

 A la fabrique de Masques, Ombres, Déguisements Et Mystères, nous nous demandons ce qu’il veut vraiment : alors que nous n’avons pas encore pu refourguer la collection de masques bleus de 1606 que l’Union des Marchand de Poignards nous avais commandés, il m’avait ordonné  en juillet d’accepter une commande de masques rose-orangés de la part des Pagliacci di Scena.

Alors je fais travailler mes fabricants à plein régime, comme d’hab’ je dégomme les récalcitrants, je vitrifie les hésitants, et je musèle les indécis…  et que m’annonce-t-il ce matin ?

 « Marin’ (il m’appelle Marin’ en privé) laisse choir les masques roses, les masques verdâtres rapportent plus, on change la collection !».

 Comment vais-je annoncer aux Pagliacci, qui m’ont promis monts et merveilles, que nous allons ainsi aller au plus offrant ? Je me sens parfois si faible…

 Marinella Di Sarnofio, bleue, orange, rose, verte

sarnez

 

 Mercredi 12 octobre1609,

 Doge, mon paute

 Y en a mare, marre, marrrre !

 Fou donk en taule Fabio Lauresti et Lucia Di Rrridérrrro.

 Il ecrive dé bilé ilyzibleux qui marrache les zyeu

 Si ca kontinus ze vé me fachais tou rrrrrouje !

 Si tu fé pa sa ze shante sous ta fenaîtreu, crrrroââ !

 Bambino Crapino de la laguna marecagiosa

 crapaud

 

Jeudi 13 Octobre 1609,

 Bonsooooooooooooir Ô toi doge lumineux qu’on voit briller au firmament des princes, prince d’une cité millénaire et magnificence suprême de la lagune !

 Je sais, j’aurais dû mieux vous prévenir que j’adoooore les jeunes étrangers à Venise.

Les voir batifoler dans la lumière du matin me mets dans un état d’exci euh d’exégèse proche de l’orgas euh l’organique joie interne.

 Pouvoir les palp euh leur parler est un ravissement. Jeunes, Vieux, Jeunes, Jeunes, Jeunes vous le voyez je les aime tous !

 Vous trouverez en moi toujours le plus perv euh permanent soutien de votre dogiété fabuleuse, alors ne me répudiez pas pour mon amour des belles et jeunes choses.

 Je ne veux pas mourir à Venise !

 Fédérico Mitterano, satyr… euh satisfait

Frédéric-Mitterand

 

 Vendredi 9 octobre1609,

 Papounet,

 J’hésite vraiment… plus trop beaucoup encore.

 Quand tu m’as proposé le poste de conseiller au Parlement des Eaux de Venise, j’ai été fou de joi-eu !

Quand tu m’as proposé le poste de chef du groupe de l’Union des Marchands de Poignards au parlement des eaux de Venise, j’ai été ravi-eu !

Mais là, président de la chambre de commerce de la Sérénissime, à 23 ans, j’hésite vraiment-euh…

 Franchement tu m’avais habitué à mieux pour moi, ton fiston adoré-eu !

Oser me nommer par le « fait du Doge » à un poste honorable certes mais non rémunéré en sequins sonnants et trébuchants, tu te moquerais pas de moi par hasard-eu ?

 A quoi bon être le prince Giovanni pour être traité comme un manant ? Vraiment papounet si tu ne fais pas quelquechose, il est très possible que je me mette à trépigner et à retourner à mes chères études ! Tu auras été prévenu-eu…

 Prince Giovanni Da Ponte

jean sarkozy

 

h1

Au service secret de sa dogéité – Sebastian El Perfidio (IV)

20 décembre 2008

Sebastian El Perfidio

 

_____

 

 

__Noble Doge,

 

Voici mon rapport sur les billets échangés et gazettes publiées dans votre noble Cité depuis mon dernier courrier.

 

Comme d’habitude, j’attends les sacs de sequins promis en échange de mes bons et déloyaux services…

 

Votre dévoué Sycophante, Sebastian El Perfidio, Espion pour le Doge de Venise,  Taupe pour le roi de France, Epieur pour le  Roi d’Angleterre,  Mouchard pour le  Grand Turc, Délateur pour le Pape, Infiltré pour l’Empereur Germanique, Mercenaire pour le Roi d’Espagne ….

Rapport au Doge : Période du 06 Décembre 1608 au 19 Décembre 1608

Commedia politique ou comment tirer à vue de nez : Pinocchio la marionette à son papa Gepetto

Saint Bernard Pie-Paul, le meilleur ami des hommes : Angélo Lauresti à Fabio Lauresti

Dimanche on bosse ! :  De votre Porte billet Ô Grand Prince de la plus belle des cités !

 

La bergère et le bon peuple : Son altesse Carlita Brunesca à vous Ô Grand Prince de la plus belle des cités !

 

Contes et légendes de la lagune : Les Nuevi Carnevalièri

 

Des nouvelles du nain grimaçant : Comte Marco di Ridero à Lucas Quidami

 

La girouette et le caméléon :  De vous Ô Grand Prince de la plus belle des cités à Melvina Silva

 

Le repos forcé du docteur Darcosius :  De fabio Lauresti à Melvina Silva

h1

Des nouvelles du nain grimaçant

17 décembre 2008

bush-doigt2

_____________________________

_____________________________

_Mercredi 17 Décembre 1608,

_____________________________

___________________________

___________________________

Cher Lucas,

Excuse-moi de ne pas t’avoir écris plus tôt, mais j’ai été très occupé depuis l’élection de Borackio Obamati comme Roi du carnaval des Nouvelles colonies.


Il s’avère qu’il a eu besoin de conseils pour préparer sa prise de pouvoir et qu’ayant appris ma présence dans les Nouvelles Colonies il m’a fait requérir.

Je ne pensais pas qu’un personnage aussi puissant aurait besoin de l’avis d’un Européen, encore moins d’un Vénitien, mais il s’est montré effectivement très curieux et ouvert sur nos institutions, mœurs et traditions.

Il m’a dit qu’il était très préoccupé par l’état des finances du Comité d’organisation du carnaval, affectées par les rançons réclamées par le pirate Da Mondialus et les entreprises malheureuses de son prédécesseur, le nain grimaçant, et qu’il recherchait des sources de financement pour la prochaine saison du carnaval.

Je lui ai naturellement suggéré d’écrire à notre Doge Nicolo Da Ponte pour lui demander des conseils, bien que je l’ai davantage fait par politesse et respect pour ma patrie que par conviction intime, connaissant l’esprit de compétition de ce dernier.

Mais comme les attaques du pirate Da Mondialus nous affectent tous, de ce côté comme de l’autre de l’Atlantique, pourquoi ne pas essayer de trouver des solutions ensemble ?

Cela permettrait notamment de multiplier les échanges entre nos deux continents.

Pour ce qui concerne le nain grimaçant, alias Giorgio Bushistini, il n’a pu trouver depuis son échec à l’élection d’autre emploi que celui de clown dans un petit cirque de campagne, dont il est devenu la vedette.

Il figure dans un numéro où il est attaché à un poteau et sert de cible à des personnes choisies parmi le public pour lui lancer leurs chaussures à la figure, chaussures dont il doit deviner la taille.

bushshoe1

Il paraît qu’il excelle dans ce numéro dit des « chaussures volantes« , ayant eu l’habitude par le passé de cotoyer des pointures !

Il faut d’ailleurs lui reconnaître un flair infaillible…

Donne-moi des nouvelles de notre Sérénissime et prends bien soin de toi, mon filleul !

Comte Marco Di Ridero, de l’autre côté des océans


h1

Au service secret de sa dogéité – Sebastian El Perfidio (III)

6 décembre 2008
Sebastien El PerfidioNoble Doge,

Voici mon rapport sur les billets échangés et gazettes publiées dans votre noble Cité depuis mon dernier courrier.

Comme d’habitude, j’attends les sacs de sequins promis en échange de mes bons et déloyaux services…

Votre dévoué Sycophante, Sebastian El Perfidio, Espion pour le Doge de Venise,  Taupe pour le roi de France, Epieur pour le  Roi d’Angleterre,  Mouchard pour le  Grand Turc, Délateur pour le Pape, Infiltré pour l’Empereur Germanique, Mercenaire pour le Roi d’Espagne ….

Rapport au Doge : Période du 22 Novembre 1608 au 05 Décembre 1608

Fable vénitienne : Le baron et la religieuse.: Du Baron Il Torchetti à Francesco Braïni

Des sekins ? c’est nein ! : Impératrice Angelina Merkalis à votre grandeur Sérénissime

Et la gagnante est … : Article du Marianni Di Venice du 26 Novembre 1608

Décret Dogéal du 27 Novembre 1608 dit « Décret des vils pains rassis» : De vous Ô Grand Prince de la plus belle des cités !

Volte-masques ! : Francesco Braïni à la Melvina Sylva

Et un vengeur masqué de plus ! : Enrico Giulardi à Francesco Braïni

Les Princes de l’infinitésimal… : Princesse Mirabella à la Comtesse Lucia Di Ridero

Décret Dogéal du 2 Décembre 1608 dit «Décret du casse-toi, p’tit con !» : De vous Ô Grand Prince de la plus belle des cités !

Pluie, poudre et petites révoltes : Fabio Lauresti à Angelo Lauresti

Fable vénitienne : Le Doge et le chroniqueur

Biodiversitude menacée : Melvina Sylva à la Comtesse Lucia Di Ridero

h1

Au service secret de sa dogéité – Sebastian El Perfidio (II)

22 novembre 2008

Sebastien El Perfidio

Noble Doge,

Voici mon rapport sur les billets échangés et gazettes publiées dans votre noble Cité depuis mon dernier courrier.

Comme d’habitude, j’attends les sacs de sequins promis en échange de mes bons et déloyaux services…

Votre dévoué Sycophante, Sebastian El Perfidio, Espion pour le Doge de Venise,  Taupe pour le roi de France, Epieur pour le  Roi d’Angleterre,  Mouchard pour le  Grand Turc, Délateur pour le Pape, Infiltré pour l’Empereur Germanique, Mercenaire pour le Roi d’Espagne ….

Rapport au Doge : Période du 12 Novembre 1608 au 21 novembre 1608

Le jeu des chaises percées musicales : Fabio Lauresti à la Comtesse Lucia Di Ridero

Tartuffio : Piecette en un acte des Pagliaci Di Scena

Vive la diversitude vénitienne ! : Francesco Braïni à la Comtesse Lucia Di Ridero

Une épidémie d’hémiplégie frappe Venise : Melvina Silva à la Comtesse Lucia Di Ridero

Langues et nez de bois ou la naissance de Pinocchio : Francesco Braïni à Solène LaReine

La France, pays du vert galant ! : Angelo Lauresti à Fabio Lauresti

Le marchand de tapis : Angelo Lauresti à Fabio Lauresti

Solène contre-attaque ! : Solène LaReine à Francesco Braïni

Je est moi, tu es l’autre : De votre grandeur Sérénissime à Francesco Braïni