Posts Tagged ‘Sarkozy’

h1

Décret Dogéal du 03 Novembre 1610 dit «Décret indietro, de retour»

3 novembre 2010

 

MOI, Nicolo Da Ponte, Doge de la Sérénissime Venise jusqu’en 1612, et Doge à vie si les auteurs de ces chroniques respectaient les réalités historiques (ce qui a toujours le don de m’agacer d’ailleurs)

Attendu que :

1)     Les courriers à Venise sont interdits depuis le mois de Juin 1610 et que cela fait bien long.

2)     Que la Sérénissime se doit d’avoir des chroniques dignes de ce nom.

3)     Que Fabio Lauresti, Lucia Di Ridero et les autres chroniqueurs ont des fourmis à leur plumes.

 

 Décrète :

 Article 1

Les  Chroniques vénitiennes reprennent à compter de ce jour et ce, jusqu’à nouvel ordre.

 

Le Doge, Nicolo Da Ponte, en sa grande inventivité


Publicités
h1

Mémoire pour l’instruction du Dauphin – Chapitre 1er : Le «code d’honneur» des olikarkes

20 octobre 2009

Memoire dauphin

Doge Nicolo da Ponte : «Il  y a la loi, les policiers, le juge… Et il y a la famille. Tu me suis, hein ?  La famille fait toujours appel aux forces de l’ordre. Elle ne se fait pas justice elle-même… d’ailleurs elle utilise bien la justice et les autres institutions de la République de Venise, comme quand on t’avait volé ton petit poney, tu te souviens ? Je t’explique : si quelqu’un te fait un tort mineur, tu vas direct me trouver… Tu me le dis, j’appelle mes potes et c’est vite expédié. C’est comme ça que les choses fonctionnent entre nous

Giovanni da Ponte : «C’est ça, faire partie de l’olikarkieeu ?»

Nicolo da Ponte : «Oui, c’est ça. Et puis, il y a olikarkie et Olikarkie. Ceux qui font du petit trafic de postes mineurs, et ceux qui sont, comme nous, des “hommes d’honneur” qui agissent pour le bien de la collectivité de père en fils, qu’on appelle des olikarkes tendance monarkes. Ceux-là ne s’adressent jamais aux autorités, ils SONT les autorités.


le voleur de venise

S’il faut redresser un tort fait à mon fils, lui trouver un emploi, de l’argent, pas besoin de perdre son temps. J’achète un tel ou un tel par l’octroi de faveurs ou des menaces et je résous le problème moi-même.»

Giovanni da Ponte : «Tu m’avais pourtant dit-eu quand j’étais petit-eu que les olikarkes, ce sont ceux qui ne respectent pas la loi, les institutions républicaines et s’en foutent plein les poches…»

Nicolo da Ponte : «Mais personne ne respecte la loi…»

Giovanni da Ponte : «Aucun olikarke ? »

Nicolo da Ponte : «C’est évident. Ils sont contre la loi… Parce que les lois votées ne sont jamais appliquées, sauf quand elles servent leurs intérêts. T’as compris ? Allez, va t’entraîner maintenant à tirer sur les pigeons !».


h1

Doge de Venise, un metier difficile !

17 octobre 2009

portebillet  Dans le porte-billets du Doge, du 5 au 9 Octobre 1609

 Lundi 5 Octobre 1609,

 Divin Doge,

 Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des douloureuses divinations qui me hantent a votre propos :

 Centurie LIII

 Roi carnavalier injustement préféré au maître des eaux oublié

Se verra honoré par aréopage des sages mondiaux

Grand chantre de la paix il sera désigné

Maitre des eaux marri se retrouvera bientôt

 Centurie LXV

 Ministre cultivé cultivera problèmes

Indigènes lointains remonterons du passé

Citoyens indignés lui jetteront l’anathème

Piteusement défendra son honneur bafoué

 Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

 Alain Minc

 

 Mardi 6 Octobre 1609,

 Fooooooooooormidable Doge,

 Pouvez-vous m’aider à raisonner Francesco Braïni, vous qui le connaissez malgré tout si bien ?

 A la fabrique de Masques, Ombres, Déguisements Et Mystères, nous nous demandons ce qu’il veut vraiment : alors que nous n’avons pas encore pu refourguer la collection de masques bleus de 1606 que l’Union des Marchand de Poignards nous avais commandés, il m’avait ordonné  en juillet d’accepter une commande de masques rose-orangés de la part des Pagliacci di Scena.

Alors je fais travailler mes fabricants à plein régime, comme d’hab’ je dégomme les récalcitrants, je vitrifie les hésitants, et je musèle les indécis…  et que m’annonce-t-il ce matin ?

 « Marin’ (il m’appelle Marin’ en privé) laisse choir les masques roses, les masques verdâtres rapportent plus, on change la collection !».

 Comment vais-je annoncer aux Pagliacci, qui m’ont promis monts et merveilles, que nous allons ainsi aller au plus offrant ? Je me sens parfois si faible…

 Marinella Di Sarnofio, bleue, orange, rose, verte

sarnez

 

 Mercredi 12 octobre1609,

 Doge, mon paute

 Y en a mare, marre, marrrre !

 Fou donk en taule Fabio Lauresti et Lucia Di Rrridérrrro.

 Il ecrive dé bilé ilyzibleux qui marrache les zyeu

 Si ca kontinus ze vé me fachais tou rrrrrouje !

 Si tu fé pa sa ze shante sous ta fenaîtreu, crrrroââ !

 Bambino Crapino de la laguna marecagiosa

 crapaud

 

Jeudi 13 Octobre 1609,

 Bonsooooooooooooir Ô toi doge lumineux qu’on voit briller au firmament des princes, prince d’une cité millénaire et magnificence suprême de la lagune !

 Je sais, j’aurais dû mieux vous prévenir que j’adoooore les jeunes étrangers à Venise.

Les voir batifoler dans la lumière du matin me mets dans un état d’exci euh d’exégèse proche de l’orgas euh l’organique joie interne.

 Pouvoir les palp euh leur parler est un ravissement. Jeunes, Vieux, Jeunes, Jeunes, Jeunes vous le voyez je les aime tous !

 Vous trouverez en moi toujours le plus perv euh permanent soutien de votre dogiété fabuleuse, alors ne me répudiez pas pour mon amour des belles et jeunes choses.

 Je ne veux pas mourir à Venise !

 Fédérico Mitterano, satyr… euh satisfait

Frédéric-Mitterand

 

 Vendredi 9 octobre1609,

 Papounet,

 J’hésite vraiment… plus trop beaucoup encore.

 Quand tu m’as proposé le poste de conseiller au Parlement des Eaux de Venise, j’ai été fou de joi-eu !

Quand tu m’as proposé le poste de chef du groupe de l’Union des Marchands de Poignards au parlement des eaux de Venise, j’ai été ravi-eu !

Mais là, président de la chambre de commerce de la Sérénissime, à 23 ans, j’hésite vraiment-euh…

 Franchement tu m’avais habitué à mieux pour moi, ton fiston adoré-eu !

Oser me nommer par le « fait du Doge » à un poste honorable certes mais non rémunéré en sequins sonnants et trébuchants, tu te moquerais pas de moi par hasard-eu ?

 A quoi bon être le prince Giovanni pour être traité comme un manant ? Vraiment papounet si tu ne fais pas quelquechose, il est très possible que je me mette à trépigner et à retourner à mes chères études ! Tu auras été prévenu-eu…

 Prince Giovanni Da Ponte

jean sarkozy

 

h1

Un Maure vivant si singulier…

13 septembre 2009

444px-MoorishAmbassador_to_Elizabeth_IVenise, Dimanche 13 Septembre 1609

Noble Doge,

En tant que nouveau chef de la police dogéale, je demande à votre Grandeur de me permettre de prendre les dispositions légales pour que les réfugiés maures ne m’accostent plus quand je déambule dans les rues de notre cité céleste.

Hier encore, un groupe de nos marchands de poignards m’a hélé alors que je devisais sur  1617 avec le fielleux Gianfranco Copi.

Une de nos marchandes insista pour que je salue un de leur domestiques, Maure de son état mais qui selon elle, allait dans le droit chemin en suivant désormais les lois de notre sainte église.

Ce Maure était un Maure tout à fait classique, de type mauresque, d’une apparence mauresiquessisante  et d’une élocution toute mauresquée.

La marchande  soutenait fermement que ce maure avait été dressé : il vous aimait Ô grand doge (ce qui chez les Maures est assez rare avouons le, malgré le fait que mes hommes fassent bonne garde), il fréquentait les églises et il mangeait même du pied de cochon !

Je tâtais promptement ce phénomène qui me semblait irréel. Aucune magie, ni illusion là dedans : ce maure était bel et bien là et tel qu’on me le décrivait !

Quelle révélation ! Quelle découverte ! Il est donc possible de trouver des maures apprivoisés ?!

Bon, bien évidemment, même apprivoisés, les Maures doivent s’apprécier en petite quantité car, comme vous le savez, « un, cela peut passer mais quand il y en à plusieurs, les problèmes arrivent ».

Je demande donc  la maur… euh, mort dans l’âme, humblement à votre dogéité de prendre un décret réduisant la circulation des maures à Venise et surtout de leur interdire d’approcher le chef de la police.

Si ces mesures ne sont pas prises vous verrez qu’un jour, les Maures seront partout et même parmi votre cour… pauvre Venise !

Fabricio Ortofuoco, sur ses gardes !

Hortefeux

h1

Le bal des enquiquineurs

20 avril 2009

portebillet

 

__Dans le porte-billets du Doge, du 13 au 17 Avril 1609

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 13 Avril 1609,

 

Divin Doge,

 

Voici quelques centuries que j’ai rédigées ce matin afin de vous alerter des douloureuses divinations qui me hantent a votre propos :

 

Centurie XXXII

Par-delà les frontières, libellés étrangers frapperont Maître des Eaux.

Impératrice raillée, Madrilène moqué et Roi des colonies jalousé monteront au créneau.

Sérénissime prince condamné d’arrogance,

Augmentera encore des monarques la défiance.

 

Centurie XXXVII

Ministres de la Cité des Eaux perdront toute mesure,

Privilèges supplémentaires en privé ils s’assurent.

Maître des Eaux fâché, vertement les tancera.

Chaque ministre la queue basse et geignant partira.

 

Nostramincus, devin officieux de sa dogéité

Alain Minc

 

 

 

 

 

 

__

__

Mardi 14 Avril 1609,

 

 

Mooossssieur Da Ponte,

 

Vous ME  connaissez, dès que JE peux ME montrer et ME faire mousser grâce à des causes difficiles, JE suis partante.

 

En toute SO LI DA RI TE, JE suis partie hier en mission dans les faubourgs de Venise afin de rattraper vos bêtises et votre violencitude verbale.

 

Là dans ces endroits lugubres et miséreux, J’ai pu rencontrer les esclaves maures que vous abandonnez à leur sort comme des animaux.

 

JE ME suis excusée au nom du Doge et de la Sérénissime Venise, J’ai dû me sacrifier et leur promettre la mort dans l’âme de ME dévouer en ME présentant en 1612 afin que jamais un doge ne les insulte de nouveau.

 

J’espère que MON sens du sacrifice ne vous aura pas échappé et que vous ME céderez votre place sans trop de difficultés le jour venu.

 

 Solène LaReine, en face du palais du Doge, en repérage…

segolene

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Mercredi  15 Avril 1609,

 

Nic, mon grand fou

 

Alors moi c’qu’j’voudrais c’est arrêter de m’coltiner les familles bourges de la lagune et avoir un poste plus cool dans ton équipe, t’vois’c’que’j’veux dire ?

 

Alors les écoles ça m’irait bien, ou alors ou alors les pequ’nots, ça c’est bien les pequ’nots non ?

Si c’pas’possible , je me verrais bien chez les juges, ah oui c’est bat les juges !

 

A moins que tu me réserves les gardes dogéaux ….. hum hum hum une visite d’inspection chez les gardes dogéaux j’en frémis d’avance !!!!

 

Alors Nic’ réponds moi vite , j’brûle d’savoir à quelle sauce tu vasm’ manger et ne fait pas ton timide hein, tu ne disais pas non dans l’temps…

 

Nadina Morona, Etna en miniature

nadine-morano

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Jeudi 16 Avril 1609,

 

Nicolo,

 

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

Je ne serai plus jamais absent de l’Assemblée des Notables et je suis un vilain.

 

Alors ça y est, tu lèves ma punition ?

 

Ton pote, Gianno Copi

jean-françois cope

 

 

 

 

 

 

__

__

 

Vendredi 17 avril 1609,

 

Doge Da Ponte,

 

Qu’ouïe-je ?

Qu’apprend-je ?

De quoi suis-je informé ?

 

Il paraîtrait que pour de vulgaires mesures d’économie vous voulez retirer le garde dogéal que la République de Venise met à ma disposition pour me protéger ?

 

Je vous rappelle qu’en tant que chef de la Guilde des « Mascarades Ombres Déguisements et Mystères », je suis menacé par les terribles chevaliers Espagnols de l’ETA, les austères « Escadrons Teinturiers Andalous », qui  ciblent de leur peinture rouge tout ce qui a trait de près ou de loin aux festivités du carnaval.

 

Or si vous ne voulez pas porter la lourde responsabilité de faire de votre serviteur un martyr de la gouache, il faudrait penser à ne pas ôter la protection à un être si cher.

 

Je compte donc sur vous, au nom du futur radieux de notre cité…

 

Francesco Braïni, futur doge

Bayrou

h1

Le Braïni et le Di Villapini

8 avril 2009

corbeau_renard

__

Librement inspiré d’une fable qui sera écrite 60 ans  plus tard par un auteur de génie

Maitre Braïni sur un arbre perché tenait dans son bec un sondage

Maitre Di Villapini par les chiffres alléché lui tint à peu près ce langage :

Hé bonjour monsieur du Brainï

Que vos masques sont jolis

Que j’aime tous vos mots !

Sans mentir, si vos attaques du doge

Se rapportent au fait que vous me faites des éloges,

Vous seriez prince d’une Venise où je serais le roi

__

bayrou_villepin

__

A ces mots, Braïni ne se sent plus de joie

Et ouvre tout grand les bras, vers le grand sournois

Di Villapini réagit et dit :

Apprenez cher monsieur que tout brillant comme moi vit aux dépens de celui qui l’écoute

Cette leçon vaut bien un ralliement sans doute

Braïni verra bien sur le tard que Villapini sur lui ne comptera pas.

h1

Décret Dogéal du 1er Avril 1609 dit «Décret des sequins désempochés»

1 avril 2009

decret

MOI, Nicolo Da Ponte, Doge de la Sérénissime Venise jusqu’en 1612, et Doge à vie si les auteurs de ces chroniques respectaient les réalités historiques (ce qui a toujours le don de m’agacer d’ailleurs)

Attendu que :

1) En ce moment le peuple dans sa pénible ingratitude envers moi, gronde et me réclame des actes forts

 2)   Mon devin personnel me prédit les pires tourments si je ne réagis pas à la dérive coupable des notables vénitiens

3)    Pour préserver mon train de vie princier et ma cassette personnelle, je dois renflouer les caisses de la Sérénissime par d’autres moyens

4)    Les propos et écrits de certains chefs de guilde m’insupportent de plus en plus

Décrète :

Article 1

Tout commerçant, artisan, banquier ou autre entrepreneur qui:

  se servirait allègrement dans la caisse de son établissement

   recevrait des sommes supérieures au traitement de son doge bien aimé

    porterait des montres de valeur avant d’avoir atteint l’âge de 50 ans

    profiterait des attaques de Da Mondialus pour déplacer son établissement en dehors de la cité de Venise

     (pendant qu’on y est) dirait du mal du doge

Sera condamné à verser au trésor vénitien les sommes incriminées et se verra infliger (au choix) : une peine d’enfermement avec les Nuovi Carnavalieri, une séance de lapidation à coups de chaussures, une sortie en mer avec l’équipage du redoutable  Da mondialus, un stage de découverte de la fraternelle accolade, un dîner mondain avec Saint Bernard Pie-Paul , ou une tournée avec les Pagliaci Di Scena au grand complet cette dernière punition étant,  je le reconnais, au-delà du supportable).

Article 2

Tout Vénitien se prénommant Francesco Braïni et exerçant la profession de fabricant de masques se verra appliquer l’article 1 sans limitation de durée.

 Le Doge, Nicolo Da Ponte en sa grande sévérité

sarkozy